Le professeur émérite John W. Durnford (1929–2017)

Nouvelles

John W. Durnford
Portrait of John W. Durnford, circa 1969
John Durnford often came to work on a bicycle. Photo circa 1991

Montréal, 1er décembre 2017 – La Faculté de droit a été profondément attristée d’apprendre que le professeur émérite John W. Durnford est décédé le jeudi 30 novembre 2017 à l’âge de 88 ans. Son décès constitue une grande perte pour la communauté de la Faculté.

Vous avez des réflexions ou des souvenirs de John Durnford à partager? Écrivez dans notre livre des visiteurs.

Né à Montréal, John Durnford a obtenu deux diplômes de McGill (BA’49, BCL’52). Admis au Barreau en 1953, il a pratiqué le droit à Montréal pendant plusieurs années avant de revenir à McGill à titre de professeur adjoint en 1959. Il a été doyen de la Faculté de 1969 à 1974, avant d’être nommé professeur Sir William C. Macdonald en 1977. À son départ pour la retraite, McGill l’a immédiatement nommé professeur émérite.

Mes collègues m’ont souligné que le décanat de John Durnford s’est tenu au cours d’une période décisive de l’histoire de la Faculté de droit, au cours de laquelle il a immanquablement fait preuve de courage et de compassion dans son rôle d’administrateur et de meneur. L’audacieux Programme national a vu le jour en 1967 ; il s’agissait de notre première itération d’un programme combinant le droit civil et la common law. John Durnford a joué un rôle crucial dans l’adoption réussie de ce programme bilingue innovateur.

À titre de doyen, il a prêché par l’exemple pour encourager le respect mutuel des différences et permettre des relations cordiales au sein de la communauté étudiante, du personnel et du corps professoral. Plusieurs de ses anciens collègues ont généreusement partagé leurs souvenirs de John Durnford avec moi aujourd’hui. Ils se souviennent de lui comme d’un collègue énergique, drôle, doux, brillant, ainsi qu’un parfait gentleman (en costume trois-pièces et cravate). Il a aussi été un fervent défenseur de l’équité de traitement entre les professeurs, particulièrement à l’endroit de la première femme à joindre les rangs de la Faculté de droit. Il n’a ménagé aucun effort pour augmenter la présence des femmes dans les galeries de photos de diplômés exceptionnels qui ornaient les murs du pavillon Chancellor-Day, engageant ainsi la Faculté dans la voie d’une plus grande inclusivité. Une collègue qui enseignait la Théorie juridique féministe nous raconte qu’il laissait dans sa boîte aux lettres des articles sur les droits des femmes découpés dans The Gazette.

Son décanat révolu, John Durnford a continué de contribuer à McGill en tant que professeur dévoué et adoré. Il a enseigné un vaste éventail de cours ; son expertise en fiscalité et en contrats spéciaux était particulièrement recherchée. Coup d’audace que peu d’universitaires bien établis oseraient imiter, au cours de sa quarantaine, le professeur a décidé d’un net changement de cap dans sa recherche et son enseignement, passant du droit civil au droit fiscal. En 1995, son coauteur Stephen Toope et lui ont reçu le Prix d’excellence en rédaction Douglas J. Sherbaniuk, décerné par la Fondation canadienne de fiscalité.

Il est manifeste que des générations d’étudiants et d’étudiantes ont tenu le professeur John Durnford en la plus haute estime. En 1987, la promotion de 1962 a fondé la bourse Professeur John W. Durnford. À la fin des années 1990, l’Association des étudiant-e-s en droit a renommé son prix d’enseignement le Prix d’excellence en enseignement John W. Durnford. Depuis, recevoir le prix Durnford marque un moment fort dans la carrière d’un professeur à la Faculté. En 2017, une salle de classe rénovée grâce à la générosité des promotions de 1974, 1975 et 1976 a été baptisée la Salle de classe John W. Durnford. Au sein d’une Faculté qui a eu la chance d’accueillir autant de chercheurs et d’enseignants exceptionnels, un tel nombre de marques d’appréciation de la part de la communauté étudiante est proprement remarquable.

Particulièrement affable, John Durnford est demeuré soucieux du bien-être du corps professoral de la Faculté de droit bien après la fin de son décanat. Il a servi de mentor à ses jeunes collègues, qui se souviennent de l’attention qu’il accordait à leur bonheur et leur santé ainsi qu’à ceux de leur famille.

Alors que la Faculté de droit qu’il a dirigée et servie a une portée et une vision internationales, John Durnford était particulièrement fier de sa place au sein de la communauté intellectuelle québécoise. Peu après son départ à la retraite, une poignée de ses collègues des autres facultés de droit du Québec et lui ont été honorés pour leur contribution à la vie universitaire québécoise par l’Association des professeurs de droit du Québec.

Au cours de mes voyages à travers le monde pour rencontrer notre communauté diplômée, nombreux sont ceux qui m’ont relaté des souvenirs chaleureux du professeur Durnford, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des salles de classe. Le portrait du professeur à cheval sur son vélo — le casque un peu de travers — est particulièrement présent à de nombreux esprits. Un collègue me dit qu’il s’agit de l’emblème même du professeur.

La Faculté de droit exprime ses sincères condoléances à sa veuve Elizabeth, à ses filles Evelyn, Jessie (BCL’80, LLB’81), Diana et Dorothy, à ses petits-enfants et à ses arrière-petits-enfants. En octobre, au cours des Retrouvailles, j’ai eu le bonheur d’accueillir les membres de sa famille sur le campus pour qu’ils puissent visiter la superbe Salle de classe Durnford. John était trop souffrant pour se joindre à eux lors de cette visite. Nous avons pu partager des souvenirs de lui et nous réjouir que cette salle baptisée en son honneur permette d’améliorer la formation juridique de générations d’étudiants et d’étudiantes à venir.

Professeur Durnford, vous nous manquerez.

Robert Leckey
Dean and Samuel Gale Professor of Law
Faculty of Law, McGill University

Vous avez des réflexions ou des souvenirs de John Durnford à partager? Écrivez dans notre livre des visiteurs.