Réponse de l’Université McGill au décret en vertu duquel les citoyens d’Iran, d’Iraq, de Libye, de Somalie, du Soudan, de Syrie et du Yémen ne peuvent entrer aux États-Unis

La semaine dernière, l’Université McGill a confirmé son appui à la Déclaration d’Universités Canada en réponse au décret empêchant les ressortissants de sept pays majoritairement musulmans d’entrer aux États-Unis.

Le professeur Christopher Manfredi, vice-principal exécutif et vice-principal aux études de l’Université McGill, souhaite remercier les participants au sondage publié la semaine dernière. Près de 400 participants ont soumis des réponses éclairées quant aux répercussions du décret sur leurs activités.

Bien que les restrictions sur les déplacements des citoyens de ces pays aient pour l’instant été abolies par les tribunaux américains, l’Université McGill tient néanmoins à instaurer les mesures suivantes afin de prêter main-forte aux individus dont le parcours universitaire a été interrompu en raison du décret. Dans le cas où le décret demeure suspendu indéfiniment, l’Université procédera à une révision de ces mesures.

Étudiants aux cycles supérieurs et au postdoctorat et membres du corps professoral de l’Université McGill

  • Les étudiants aux cycles supérieurs et au postdoctorat ainsi que les membres du corps professoral de l’Université McGill qui sont citoyens de l’un des sept pays touchés par le décret peuvent recevoir une indemnisation afin de couvrir les coûts imprévus causés directement par les restrictions sur leurs déplacements ayant trait à leurs activités universitaires au cours de la période où le décret était en vigueur. Parmi les dépenses admissibles, mentionnons notamment les frais d’inscription aux conférences ainsi que les billets d’avion non remboursables. Cette mesure sera prolongée si le décret est à nouveau promulgué.  Envoyez votre demande à provost [at] mcgill.ca (cette adresse).

Individus ne faisant pas partie de la communauté mcgilloise citoyens de l’un des pays touchés

  • La date limite pour soumettre une demande d’admission à certains programmes de 1er, 2e et 3e cycles est prolongée pour les citoyens de l’un des sept pays touchés par le décret. Les frais de traitement de la demande d’admission pour les programmes de l’automne 2017 et 2018 seront également remboursés.
  • L’Université McGill mettra sur pied un Fonds d’aide financière à l’intention des étudiants récemment admis qui sont citoyens de l’un des sept pays touchés par le décret afin de compenser les coûts imprévus entraînés par la modification du parcours universitaire ainsi que les frais additionnels causés par le décret.

 

Dans le cas où le décret serait réinstauré :

  • McGill coopérera avec les institutions membres de l’Association des universités américaines afin de mettre en place des accords d’échanges temporaires avec les citoyens de l’un des pays touchés présentement inscrits à titre d’étudiants d’une université américaine et dont la mobilité est restreinte par le décret.
  • Les membres du corps professoral de McGill peuvent accueillir des collègues ne pouvant réintégrer l’université américaine au sein de laquelle ils sont employés en raison du décret. Dans de tels cas, le personnel mcgillois peut soumettre une demande d’aide financière afin de couvrir les frais encourus par l’accueil de ces collègues. Parmi les frais admissibles, mentionnons les coûts de l’organisation d’un bureau ou de l’achat de matériel de base. De plus, l’Université facilitera alors l’octroi du statut de professeurs visiteurs à ces personnes.

 

McGill s’engage à soutenir les collaborations et les partenariats internationaux, la libre circulation des idées ainsi que le partage des connaissances; caractéristiques distinctives du monde universitaire moderne.