Science éthique

Nouvelles

Publié: 2fév2010

La recherche médicale évolue à un rythme accéléré et recèle de nombreuses promesses pour l’avenir du diagnostic et du traitement de la maladie de Parkinson, de la sclérose en plaques, de la maladie d’Alzheimer, voire du cancer. Autant de progrès qui soulèvent leur cortège de questions éthiques.

Bartha Maria Knoppers, récemment nommée directrice du nouveau Centre de génomique et politiques de l’Université McGill, est une spécialiste internationale de la bioéthique. Ses plus récents travaux lui ont d’ailleurs valu une allocation de chercheuse invitée de l’Initiative génomique des Pays-Bas. À McGill, la professeure Knoppers dirige une équipe de recherche dont le mandat est de se pencher sur un vaste éventail de questions allant des controverses entourant les cellules souches à la protection des données personnelles relatives à notre constitution génomique et génétique, dans l’objectif de promouvoir une recherche scientifique responsable et de qualité, tout en éduquant le public.