Expertes: Journée internationale des femmes 2020

Nouvelles

Publié: 3mar2020

Le 8 mars, Journée internationale des femmes, est le jour où l’on reconnaît et l’on souligne, à l’échelle mondiale, les réalisations sociales, économiques, culturelles et politiques des femmes et des filles, et où l’on sensibilise le public au travail qui reste à faire. (Condition féminine Canada)

Voici des experts de l’Université McGill qui peuvent s’exprimer à ce sujet :

Santé et bien-être

Natalie Dayan, professeure adjointe, Département de médecine, Division de médecine interne

« Les préjugés sexistes existent toujours dans le domaine de la santé, qu’il s'agisse de la reconnaissance en milieu universitaire et du soutien de la main-d’œuvre, ou de l’identification et du traitement des maladies chez les femmes et les hommes de tous genres. Je pense qu’être traité de la même manière n’équivaut pas à être traité de façon équitable. Ce n’est que lorsque nous, en tant que communauté, comprendrons ce principe et l’utiliserons dans nos politiques que nous parviendrons à une véritable équité ».

Natalie Dayan est professeure adjointe au Département de médecine et directrice de la médecine obstétrique au Centre universitaire de santé McGill. Elle dirige la Chaire professorale de recherche sur la santé cardiaque des femmes pour chercheur en début de carrière de Cœur + AVC/Université McGill, la première chaire de recherche au Québec axée sur la santé cardiaque des femmes.

natalie.dayan [at] mcgill.ca (anglais)

Isabelle Malhamé, professeure adjointe, Département de médecine, Division de médecine interne

« Comme la population obstétricale a considérablement changé ces dernières années, la médecine moderne doit évoluer et s’adapter afin de fournir aux femmes de meilleurs soins de grossesse ».

Isabelle Malhamé est professeure adjointe au Département de médecine et médecin spécialiste au Centre universitaire de santé McGill, où elle fournit des services cliniques spécialisés aux femmes souffrant de troubles médicaux avant, pendant et après la grossesse. Ses recherches portent sur les complications cardiovasculaires graves survenant pendant la grossesse et la période post-partum dans les milieux à ressources élevées et faibles.

isabelle.malhame [at] mcgill.ca (anglais, français)

Louise Pilote, professeure James McGill, Département de médecine, Divisions de médecine interne et de médecine expérimentale

« Pour améliorer la santé des femmes, nous devons plaider en faveur de leur inclusion dans la recherche. De nombreux essais cliniques incluent une petite proportion de femmes, mais la conclusion est souvent que les résultats s’appliquent à la fois aux hommes et aux femmes. Les chercheurs et les décideurs politiques doivent fournir et demander des données sur les hommes et les femmes respectivement afin de formuler des recommandations pertinentes ».

Louise Pilote est professeure James McGill au Département de médecine et scientifique senior au sein du Programme de recherche en santé cardiovasculaire au long de la vie à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill. Elle coordonne le GOING-FWD, un projet de médecine personnalisée visant à améliorer la santé et le bien-être des hommes et des femmes, financé par les Instituts de recherche en santé du Canada et GENDER-NET+, dans le cadre de l'initiative européenne Horizon 2020.

louise.pilote [at] mcgill.ca (anglais, français)

Gestion et leadership

Lisa Cohen, professeure agrégée, Faculté de gestion Desautels

« À la lumière de multiples études, le travail n'est pas toujours égal pour les femmes et ce n’est pas parce que les femmes sont en quelque sorte moins capables que les hommes. Ce sont les structures et la manière dont le travail est organisé qui créent et maintiennent l’inégalité. Les recherches sur les disparités entre les hommes et les femmes sur le lieu de travail se concentrent souvent sur les différences entre eux. Il est tout aussi important de se concentrer sur la façon dont les hommes et les femmes sont placés à des endroits différents sur le lieu de travail et dans des emplois différents ».

Lisa Cohen est professeure agrégée à la Faculté de gestion Desautels. Auparavant, elle a été membre du corps professoral de la London Business School, de la Yale School of Management et de la Graduate School of Management de l'Université de Californie à Irvine, où elle a enseigné les ressources humaines stratégiques, le comportement organisationnel et les communications.

lisa.cohen2 [at] mcgill.ca (anglais)

Melissa Sonberg, professeure de pratique, Faculté de gestion Desautels

« Une grande question est de savoir si nous avons besoin de quotas pour avoir une croissance significative du nombre de femmes dans des postes de cadres supérieures ou membres de conseils d'administration d’entreprises. Les arguments en faveur des quotas font référence au rythme extrêmement lent du changement (moins de 20% des entreprises publiques en Amérique du Nord comptent une femme au sein de leur conseil d'administration), tandis que les arguments contre sont fondés sur le mérite et l’expertise, qui sont plus importants que le genre. Je pense que la réponse exige l’intégration des deux côtés de la question ».

Melissa Sonberg a connu plus de trois décennies de succès en tant que leader internationale dans un large éventail d’entreprises, d’organisations à but non lucratif et de milieux universitaires. Cadre de direction chevronné, passionnée par la transformation et la gestion du changement, elle milite aujourd’hui afin d’augmenter la présence des femmes sur les conseils d’administration d’entreprises.

melissa.sonberg [at] mcgill.ca (anglais, français)

Science et technologie

Morgan Crowley, candidate au doctorat, Département des sciences des ressources naturelles

« C'est une période passionnante de notre histoire que d'être une scientifique de la télédétection, car de nouveaux satellites d’observation sont lancés chaque jour. Pour les femmes sur le terrain, il y a un soutien accru grâce à des organisations comme Ladies of Landsat et une visibilité encore plus importante pour nos contributions à des recherches de pointe ».

Morgan Crowley est candidate au doctorat au Département des sciences des ressources naturelles, où elle mène des recherches sur la cartographie et l’analyse de la progression des feux de forêt au Canada. Elle aide à diriger le groupe Macdonald Campus Women+ in Science et l’initiative internationale Ladies of Landsat.

morgan.crowley [at] mail.mcgill.ca (anglais)

Anna Hargreaves, professeure adjointe, Département de biologie

« Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour être une femme scientifique, car les barrières tombent et le soutien augmente. Cependant, il reste encore beaucoup de chemin à faire et tous les défis ne peuvent pas être surmontés dans les universités. En termes d’écologie et d’évolution, notre préjugé implicite selon lequel les hommes sont le standard pour la "normalité" est évident dans la façon dont nous parlons des animaux. Les gens (y compris les scientifiques) font souvent l’impasse sur les pronoms pour tous les animaux, y compris ceux qui sont clairement femelles (la plupart des abeilles et des fourmis, par exemple) ».

Anna Hargreaves se spécialise en écologie évolutionniste et est professeure adjointe au Département de biologie. Ses recherches portent sur les interactions entre les espèces (interactions biotiques) et sur la dynamique des limites de l'aire de répartition des espèces.

anna.hargreaves [at] mcgill.ca (anglais)

Alexandra Ketchum, chargée de cours, Institut d’études sur le genre, la sexualité et le féminisme

« Le rapport des femmes à la technologie, comme l’illustre la série de conférences et d’ateliers Feminist and Accessible Publishing, Communications, and Technologies, est un sujet important dans la société d’aujourd’hui. Nous devons nous demander comment nos technologies (comme l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique, les assistants vocaux, les robots, les applications et les médias sociaux) affectent les droits des femmes ».

Alexandra Ketchum est chargée de cours à l'Institut sur le genre, la sexualité et le féminisme et la fondatrice de la série de conférences et d'ateliers Feminist and Accessible Publishing, Communications, and Technologies, une initiative visant à rassembler les chercheurs, les créateurs et les personnes travaillant aux intersections des sciences humaines numériques, de l’informatique, des études féministes, des études sur le handicap, de la communication, des études LGBTQ, de l’histoire et de la théorie raciale critique.

alexandra.ketchum [at] mcgill.ca (anglais, français* presse écrite seulement)

Audrey Moores, professeure agrégée, Département de chimie

« La Journée internationale des femmes est incroyablement importante pour les femmes sur le lieu de travail, car c'est une journée de réflexion sur ce qui a été accompli et sur ce qu’il reste à faire. Les femmes se rassemblent en tant que communauté et se donnent le droit de rêver, d’être ambitieuses et de se sentir autonomes. Cette journée est très inspirante pour moi et j’en tire beaucoup d’espoir pour l’avenir des droits des femmes ».

Audrey Moores est professeure agrégée au Département de chimie. Experte de premier plan dans le domaine de la catalyse utilisant des nanomatériaux à base de métaux, d'oxydes métalliques et de biomasse, avec un intérêt particulier pour les processus durables et l'utilisation de matières premières abondantes en terre, elle a été titulaire de la chaire de recherche du Canada en chimie verte de 2007 à 2017.

audrey.moores [at] mcgill.ca (anglais, français)

Justice sociale et défense des droits

Chloe Garcia, chargée de cours, Département d’études intégrées des sciences de l’éducation

« Les jeunes femmes et les jeunes filles participent activement à la prévention de la violence sexuelle et à la sensibilisation grâce à leur activisme et leurs vidéos éducatives sur YouTube. Si la participation des jeunes aux espaces numériques n’est pas sans poser de problèmes, leurs efforts pour offrir une éducation sexuelle et affective divertissante à leurs pairs sont louables, en particulier lorsque l’éducation sexuelle à l'école reste controversée ».

Chloe Garcia est récemment diplômée d'un doctorat et chargée de cours au sein du Département d’études intégrées des sciences de l’éducation. Ses recherches portent sur les littératies numériques et médiatiques, les produits médiatiques numériques pour les jeunes, l’éducation sexuelle et la violence sexuelle et sexiste. Elle travaille actuellement à l’élaboration de programmes d'études et à la recherche pour l’initiative PortraitX, dirigée par l'organisation communautaire Raison d'Art.

chloe.garcia [at] mcgill.ca (anglais, français)

Shaheen Shariff, professeure James McGill, Département d’études intégrées des sciences de l’éducation

« Il semble qu’en matière de droits des femmes, notre société continue à faire un pas en avant et deux pas en arrière. Mon cœur est avec les millions de femmes migrantes courageuses qui fuient la guerre et les conflits, qui sont déplacées de leurs foyers et de leurs familles, qui élèvent leurs enfants dans des camps de réfugiés près de frontières hostiles. En cette Journée internationale des femmes, les responsables politiques, les éducateurs et la société dans son ensemble doivent réfléchir profondément aux conséquences à long terme sur ces femmes et ces enfants. La société doit travailler plus fort et en collaboration pour la paix, l’unité, l’amour et le soutien, au lieu de faire proliférer le protectionnisme, la misogynie, le sexisme et la division racialisée ».

Shaheen Shariff est professeure James McGill au Département d’études intégrées des sciences de l’éducation et membre associé de la Faculté de droit. Son travail est centré sur l’intersection de l’éducation, du droit et de la politique, avec un accent sur le droit constitutionnel, les droits de la personne et le droit civil dans la mesure où il a un impact sur les institutions éducatives. Elle est surtout connue pour son travail sur la cyberintimidation et la violence sexuelle en tant que symptômes d’une discrimination systémique profondément enracinée et de déséquilibres de pouvoir dans la société (formes croisées de sexisme, misogynie, homophobie, (in)capacité, âgisme et xénophobie.

shaheen.shariff [at] mcgill.ca (English)

Coordonnées

Contact: 
Frederique Mazerolle
Organisation: 
Université McGill
Courriel: 
frederique.mazerolle [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
(514) 398-6693
Téléphone cellulaire: 
(514) 617-8615
Back to top