Le jury du prix Cundill repousse les limites de la littérature historique en nommant trois chefs-d’œuvre littéraires

Nouvelles

Trois historiens américains exceptionnels – auteurs d’ouvrages historiques passionnants et novateurs évoquant de nouvelles frontières à des époques de changements bouleversants – ont été sélectionnés à titre de finalistes du prix de littérature historique le plus prestigieux au monde, administré par l’Université McGill.

Lors d’un événement exclusif qui s’est tenu ce soir à Toronto, l’éminent journaliste et auteur canadien Jeffrey Simpson a fait cette annonce au nom du jury :

« Ces trois livres illustrent des façons différentes et audacieuses d’écrire l’histoire en explorant les répercussions des changements climatiques sur les colonies américaines, les difficultés vécues par les femmes pendant la conquête de l’Ouest et la pertinence actuelle d’un romancier célèbre, mais parfois oublié. Chacun d’entre eux répond aux exigences du Prix de littérature historique Cundill : une recherche rigoureuse, un récit passionnant et une excellente prose. »

Les trois finalistes sont maintenant en lice pour le grand prix. L’auteur gagnant remportera une bourse de 75 000 $ US, qui est le prix le plus important pour un ouvrage non romanesque en langue anglaise. Les deux finalistes recevront 10 000 $ US chacun.

Depuis Bologne, Mark Gilbert, président du jury, a déclaré :

« Après des milliers d’heures de recherche, ces historiens exceptionnels ont réussi à créer des ouvrages d’histoire qui sont aussi des lectures captivantes. Les finalistes du Prix de littérature historique Cundill 2018 défient la trame linéaire et traditionnelle du récit historique et donnent un nouveau souffle à ce genre littéraire. »

Depuis Oxford, le membre du jury Peter Frankopan a ajouté :

« Lorsque vous racontez l’histoire, vous devez enrober votre prose d’un peu de magie pour qu’elle vienne chercher votre lecteur. En ce sens, les auteurs finalistes sont des magiciens. Leurs livres sont des ouvrages d’érudition historique exceptionnels, mais ils sont également des chefs-d’œuvre littéraires. »

Antonia Maioni, doyenne de la Faculté des arts de l’Université McGill, a déclaré :

« Le choix de ces trois livres comme finalistes du Prix de littérature historique Cundill 2018 est parfait. Ils sont tous différents, et pourtant, ils nous amènent tous à poser un regard neuf sur l’histoire. »

Les finalistes du Prix de littérature historique Cundill 2018

Caroline Fraser
Prairie Fires - The American Dreams of Laura Ingalls Wilder
Little , Brown (UK)
Metropolitan Books (CAN, US)

Maya Jasanoff
The Dawn Watch - Joseph Conrad in a Global World
HarperCollins (UK)
Penguin Random House (CAN, US)

Sam White
A Cold Welcome - The Little Ice Age and Europe’s Encounter with North America
Harvard University Press (UK, CAN, US)

Récipiendaire du prix Pulitzer 2018 dans la catégorie Biographie, Prairie Fires: The American Dreams of Laura Ingalls Wilder, de Caroline Fraser, est le premier récit historique complet de la vie de Laura Ingalls Wilder, auteure des livres La petite maison dans la prairie.

Caroline Fraser s’intéresse à la mythologie américaine en examinant la conquête de l’Ouest à travers les yeux de l’une des auteures américaines les plus aimées. La vie exceptionnelle de Laura Ingalls Wilder, qui s’étend sur près d’un siècle de changements historiques, depuis les guerres indiennes jusqu’au Dust Bowl, nous ouvre une fenêtre unique sur l’histoire américaine.

Depuis Boston, le membre du jury Caroline Elkins a dit :

« Caroline Fraser associe l’histoire sociale fascinante des États-Unis à des faits sur l’environnement et la vie familiale. Avec beaucoup de minutie, elle a rassemblé une grande quantité d’information et a amalgamé le tout avec brio. En opposant la mythologie de La petite maison dans la prairie à la réalité de la vie dans les Prairies, elle nous raconte une histoire fascinante. »

Maya Jasanoff, professeure d’histoire à Harvard et finaliste d’une édition précédente du Prix de littérature historique Cundill, combine le récit historique, la biographie et le récit de voyage pour nous raconter les péripéties de Joseph Conrad dans son livre The Dawn Watch: Joseph Conrad in a Global World.

Maya Jasanoff présente l’écrivain britannique d’origine polonaise comme un parfait témoin de l’époque tumultueuse dans laquelle il a vécu : migration, terrorisme, tensions entre le capitalisme mondial et le nationalisme, ainsi que promesse et danger d’une révolution des communications. The Dawn Watch nous entraîne dans une expédition envoûtante au cœur du monde de Conrad, et de notre propre monde par la même occasion.

Le membre du jury Jeffrey Simpson a dit :

« Maya Jasanoff nous présente Joseph Conrad comme un guide naviguant dans des situations qui le dépassent. Et, à bien des égards, ces situations ressemblent à celles qui nous préoccupent aujourd’hui. Extrêmement bien ficelé, irréprochable du point de vue de la technique et magnifiquement écrit, cet ouvrage historique nous propose de nouvelles façons de découvrir des auteurs et leur époque. »

Dans A Cold Welcome: The Little Ice Age and Europe’s Encounter with North America, le professeur agrégé d’histoire de l’Université d’État de l’Ohio Sam White nous présente une enquête interdisciplinaire sur le rôle décisif que le climat a joué dans les succès et les échecs des premières colonies nord-américaines.

L’auteur combine les données climatiques aux données historiques pour montrer comment la gravité et l’instabilité de la période de changement climatique appelée le Petit Âge glaciaire ont placé les Européens face à des conditions climatiques extrêmes et à la famine. Alors que le réchauffement climatique menace l’avenir du monde, cette histoire originale nous rappelle les risques que présente un climat changeant et imprévisible.

Depuis New York, le membre du jury Carol Berkin a déclaré :

« Sam White a écrit un livre pertinent, nuancé et profondément humaniste. Je suis chercheuse dans le même domaine, et la lecture de cet ouvrage m’a donné le goût de réviser toutes les conférences que j’ai données. A Cold Welcome nous incite à examiner sous un angle complètement nouveau un sujet que nous pensions bien connaître. »

Géré par l’Université McGill, le Prix international de littérature historique Cundill rend hommage à la vision de son fondateur, le diplômé mcgillois F. Peter Cundill. Investisseur mondial très respecté, ce philanthrope globe-trotter croyait passionnément au pouvoir des ouvrages historiques bien écrits comme fondement d’un débat public éclairé.

Les finalistes ont été annoncés lors d’un événement au collège Massey, à Toronto.

Le nom du lauréat sera dévoilé au Gala du Prix de littérature historique Cundill à Montréal, le 15 novembre, dans le cadre d’une série d’événements qui se tiendront à l’Université McGill, dont la Conférence du Prix de littérature historique Cundill, qui sera prononcée par l’historien britannique Daniel Beer, lauréat du prix l’an dernier pour The House of the Dead: Siberian Exile Under the Tsars, son étude inédite sur les camps de prisonniers sibériens.

Le lauréat de 2018 se joindra à un groupe d’historiens de renommée mondiale, dont Daniel Beer (2017), Thomas W. Laqueur (2016), Susan Pedersen (2015), Gary Bass (2014), Anne Applebaum (2013), Stephen Platt (2012), Sergio Luzzatto (2011), Diarmaid MacCulloch (2010), Lisa Jardine (2009) et Stuart B. Schwartz (2008).

Pour obtenir de plus amples renseignements et vous joindre à la conversation : twitter.com/CundillPrize | www.facebook.com/cundillprizemcgill

Notes aux rédacteurs
À propos des finalistes de 2018
Caroline Fraser est l’éditrice de la collection Laura Ingalls Wilder: The Little House Books publiée par Library of America. Elle est l’auteure de God’s Perfect Child: Living and Dying in the Christian Science Church, qui s’est retrouvé sur la liste des meilleurs livres de l’année du New York Times Book Review et du Los Angeles Times Book Review, et du livre Rewilding the World: Dispatches from the Conservation Revolution. Ses écrits ont notamment paru dans The New York Review of Books, The New Yorker, The Atlantic, The Los Angeles Times et The London Review of Books. Elle est titulaire d’un doctorat en littérature anglaise et américaine de l’Université Harvard. Née à Seattle (Washington), Caroline Fraser vit actuellement au Nouveau-Mexique.

Maya Jasanoff est titulaire de la Chaire d’études en histoire Coolidge et professeure à l’Université Harvard. Son premier livre, Edge of Empire, a reçu le prix Duff Cooper 2005 et le titre de livre de l’année dans de nombreuses publications dont The Economist, The Guardian et The Sunday Times. Son deuxième ouvrage, Liberty’s Exiles, a remporté le National Book Critics Circle Award for Non-Fiction et a été finaliste pour le prix Samuel Johnson 2011 (maintenant le prix Baillie Gifford). Boursière Guggenheim 2013, Maya Jasanoff a remporté le prestigieux prix Windham-Campbell 2017 pour un ouvrage non romanesque. Elle a également été finaliste pour le Prix de littérature historique Cundill 2011 avec Liberty’s Exiles: American Loyalists in the Revolutionary World.

Sam White est professeur agrégé d’histoire à l’Université d’État de l’Ohio State et actuellement titulaire de la Chaire Norman Freehling de professeur invité à l’Université du Michigan. Il a obtenu une maîtrise de l’Université de St. Andrews (Écosse) et un doctorat de l’Université Columbia. Il est en outre cofondateur et directeur du Climate History Network et membre du comité directeur du groupe de travail Climate Reconstruction and Impacts from the Archives of Societies (CRIAS) du projet PAGES. Parmi ses autres publications, on compte The Climate of Rebellion in the Early Modern Ottoman Empire (Cambridge University Press, 2011) et The Palgrave Handbook of Climate History (Palgrave, 2018). Il a reçu des prix de l’American Society for Environmental History, de la Middle East Studies Association, de l’Agricultural History Society et de l’Ohio Academy of History, entre autres.
 

À propos du Prix de littérature historique Cundill
Le Prix de littérature historique Cundill est remis à l’auteur du meilleur ouvrage d’histoire en langue anglaise. Il est assorti d’une bourse de 75 000 $ US, octroyée chaque année à l’auteur de l’ouvrage d’histoire qui conjugue le mieux érudition historique, originalité, qualité littéraire et attrait général. Une bourse de 10 000 $ US est offerte à chacun des deux finalistes. Le prix est administré par l’Université McGill, à Montréal, et décerné par un comité de sélection formé de cinq sommités. Il rend hommage à son fondateur, F. Peter Cundill, grand passionné d’histoire, en favorisant la tenue de débats publics éclairés par une plus large diffusion des ouvrages historiques et l’élargissement du lectorat à l’échelle mondiale. www.cundillprize.com

À propos de l’Université McGill
Fondée en 1821 à Montréal, au Québec, l’Université McGill est l’un des établissements d’enseignement supérieur les plus prestigieux du Canada. Elle accueille près de 41 000 étudiants, dont au-delà de 9 700 aux cycles supérieurs, sur ses deux campus qui comptent 10 facultés, 12 écoles professionnelles et 300 programmes d’études. L’Université McGill accueille 12 000 étudiants internationaux de plus de 150 pays, qui forment 30 pour cent de sa clientèle étudiante. Plus de la moitié des étudiants ont une langue maternelle autre que l’anglais, et cette dernière est le français chez environ 20 pour cent d’entre eux.

À propos de F. Peter Cundill
F. Peter Cundill (1938-2011), a distinguished alumnus of McGill University, was a philanthropist, sportsman, diarist, and renowned global investor. A voracious reader and inveterate traveller, F. Peter Cundill had an abiding passion for history: he believed that it was possible to comprehend the present and arrive at a measured perspective about the future only by first understanding the past. This led him to found the Cundill History Prize. The Peter Cundill Foundation continues to support charities, research projects, and educational and enterprise gifts to young people.

www.thepetercundillfoundation.com

À propos du jury 2018
Mark Gilbert (président) est professeur d’histoire et d’études internationales au campus de Bologne de l’École d’études internationales supérieures de l’Université Johns Hopkins. Diplômé de l’Université de Durham et de l’Université du Pays de Galles (Ph. D. 1990), Mark Gilbert a enseigné au Collège Dickinson, à l’Université de Bath et à l’Université de Trente.

Carol Berkin est professeure d’histoire émérite au Collège Baruch et à l’École doctorale de l’Université de la Ville de New York. Elle est titulaire d’un baccalauréat ès arts du College Barnard et d’un doctorat de l’Université Columbia, où sa thèse a reçu le prix Bancroft en 1972. Elle a beaucoup écrit sur l’histoire des femmes, la Révolution américaine, la création de la Constitution et la politique de la première République.

Caroline Elkins est professeure d’histoire et d’études africaines et afro-américaines à l’Université Harvard, professeure invitée à l’École de gestion de l’Université Harvard, professeure affiliée à l’École de droit de l’Université Harvard et directrice fondatrice du Centre d’études africaines de Harvard. Elle a écrit pour le New York Times Book Review, The Guardian, The Wall Street Journal, The Atlantic Monthly, The Washington Post et The New Republic.

Peter Frankopan est professeur d’histoire mondiale à l’Université d’Oxford, où il est directeur fondateur du Centre de recherches byzantines Oxford, et chercheur principal au Collège Worcester. Il a été chercheur invité Stanley J. Seeger en études helléniques à Princeton, professeur invité Scaliger à Leiden et chercheur au Centre Getty à Los Angeles.

Jeffrey Simpson est le journaliste canadien le plus décoré et l’auteur de sept livres. Il a remporté les trois principaux prix littéraires du Canada – le Prix du Gouverneur général dans la catégorie Études et essais, le Prix du magazine canadien dans la catégorie Politique et affaires publiques, ainsi que le prix de la meilleure chronique au Concours national de journalisme. Il a déjà été membre du jury du Prix de littérature historique Cundill à trois reprises.

La liste des finalistes 2018

  • Red Famine - Stalin’s War on Ukraine by Anne Applebaum
  • Grant de Ron Chernow
  • Prairie Fires - The American Dreams of Laura Ingalls Wilder de Caroline Fraser
  • Behemoth - A History of the Factory and the Making of the Modern World de Joshua Freeman
  • A Deadly Legacy - German Jews and the Great War de Tim Grady
  • The Dawn Watch - Joseph Conrad in a Global World de Maya Jasanoff
  • The Pope Who Would Be King - The Exile of Pius IX and The Emergence of Modern Europe de David I. Kertzer
  • A Cold Welcome - The Little Ice Age and Europe’s Encounter with North America de Sam White
Étiquettes: