Spring 2016 Honorary Degree recipient bios

HEALTH SCIENCES

Tuesday, May 31, 10 a.m. / le mardi 31 mai (10h)

Doctor of Science honoris causa
DR. E. FULLER TORREY
B.A. (Princeton University), MD.CM (McGill University), M.A. (Stanford University)
Edwin Fuller Torrey, a McGill Alumnus, has distinguished himself through a lifelong commitment to improving mental illness research, mental health care, and as an early proponent of the biological basis of schizophrenia and bipolar disorders. Dr. Fuller Torrey was founder and is the current Associate Director for Research of the Stanley Medical Research Institute (SMRI). SMRI is a not-for-profit organization which, since its inception in 1989, has supported more than $550 million dollars in psychiatric research in over 30 countries and also maintains the widely-used Stanley Brain Collection. He is also the founder of the Treatment Advocacy Center (TAC), a non-for-profit organization in the United States dedicated to eliminating barriers to the timely and effective treatment of severe mental illness. Dr. Fuller Torrey is a prolific and influential writer who has received two Commendation Medals from the United States Public Health Service as well as numerous medals, awards and tributes.  Through his enduring dedication to mental health care and public service, Dr. Edwin Fuller Torrey is an exceptional role model for all health practitioners and serves as an inspiration for physicians, scientists, activists, and students.

Doctorat ès sciences honoris causa
DR. EDWIN FULLER-TORREY
B.A. (Université de Princeton), M.D.,C.M. (Université McGill), M.A. (Université Stanford)
Diplômé de l’Université McGill, Edwin Fuller Torrey a consacré sa vie à l’amélioration de la recherche sur la maladie mentale et des soins de santé mentale. Il s’est aussi distingué en étant l’un des premiers à défendre l’idée que la schizophrénie et les troubles bipolaires avaient des causes biologiques. Le Dr Fuller Torrey a fondé le Stanley Medical Research Institute (SMRI), dont il est actuellement le directeur associé à la recherche. Le SMRI est un organisme sans but lucratif qui, depuis sa création en 1989, a financé pour 550 millions de dollars de recherches en psychiatrie dans plus de 30 pays. Le SMRI conserve aussi la Stanley Brain Collection, une banque d’échantillons de cerveaux abondamment utilisée par les chercheurs. Le DFuller Torrey a également fondé le Treatment Advocacy Center (TAC), organisme américain sans but lucratif voué à l’élimination des obstacles au traitement rapide et efficace des maladies mentales graves. Le DFuller Torrey est un auteur prolifique et influent qui a reçu deux Commendation Medals (médaille de mention élogieuse) du Service de la santé publique des États-Unis et un grand nombre de médailles, de prix et d’hommages. Par son engagement indéfectible à l’égard des soins de santé mentale et du service public, le DEdwin Fuller Torrey est un modèle exceptionnel pour tous les professionnels de la santé et une source d’inspiration pour les médecins, les scientifiques, les activistes et les étudiants.


 

MUSIC

Tuesday, May 31, 2016, 3 p.m. / le mardi 31 mai (15h)

Doctor of Music honoris causa
SUSAN MCCLARY
B.Mus. (Southern Illinois University), M.A., Ph.D. (Harvard University)
As one of the world’s leading feminist musicologists, Susan McClary focuses in her research on the cultural criticism of music, both the European canon and the contemporary popular genres. She combines the disciplines of music history and music theory, and succeeds in connecting musical details with larger social and cultural ideas. Professor McClary first came to fame with the publication of Feminine Endings: Music, Gender, and Sexuality, which examines cultural constructions of gender and sexuality. Feminine Endings, published in 1981, is considered one of the founding documents of what is known today as “the new musicology,” a movement that turns away from the dominant approach to music as a self‐contained aesthetic product, and concentrates on its relationship to social practices, gender, sexuality, and politics. Professor McClary also has close ties to the Schulich School of Music having taught here for three years beginning in 1991. During those years her presence raised the profile and productivity of the Department of Theory – as it was known then. For her many contributions to musicology, Susan McClary has been awarded many university-wide teaching awards and been invited as guest lecturer to the most prestigious lecture series in music. In 1995, she was the recipient of the MacArthur Fellowship which celebrates and inspires the creative potential of individuals across numerous fields of human endeavor.

Doctorat ès musique honoris causa
SUSAN MCCLARY
B. Mus. (Université du Sud de l’Illinois), M.A., Ph.D. (Université Harvard)
Susan McClary figure parmi les musicologues féministes les plus en vue au monde. Elle se spécialise dans la critique culturelle de la musique, tant du répertoire canonique européen que des différents genres de la musique populaire contemporaine. Combinant les disciplines de l’histoire de la musique et de la théorie musicale, elle arrive à situer les détails musicaux dans des contextes sociaux et culturels plus larges. La professeure McClary a acquis sa renommée en publiant Feminine Endings: Music, Gender, and Sexuality (traduit en français sous le titre Ouverture féministe : musique, genre, sexualité), qui examine les constructions culturelles du genre et de la sexualité. L’ouvrage, paru en 1991, est considéré comme l’un des documents fondateurs du mouvement aujourd’hui appelé la « new musicology », qui rejette l’approche dominante voulant que la musique soit un objet esthétique autonome et qui cherche à comprendre ses liens avec les pratiques sociales, le genre, la sexualité et la politique. La professeure McClary est aussi associée étroitement à l’École de musique Schulich, puisqu’elle y a enseigné pendant trois ans à partir de 1991. Durant ces années, elle a, par sa présence, accru la visibilité et la productivité du Département de théorie, comme on l’appelait à l’époque. Pour son immense apport à la musicologie et aux études culturelles, Susan McClary a reçu des prix d’enseignement de nombreuses universités et a été invitée à participer aux séries de conférences les plus prestigieuses dans le domaine de la musique. En 1995, elle a remporté le prix MacArthur, qui célèbre et stimule le potentiel créatif de gens d’exception dans de nombreux domaines de l’activité humaine.


 

MANAGEMENT

Wednesday, June 1, 2016, 10 a.m. / le mercredi 1er juin (10h)

Doctor of Laws honoris causa
LAWRENCE (LARRY) G. ROSSY, C.M., O.Q.
B.A. (McGill University)
A third generation Montrealer, Lawrence Rossy followed in the footsteps of his father and grandfather, who established a thriving network of retail stores bearing the family name. In 1992, Mr. Rossy made a strategic decision to convert the company to the dollar store concept. Under his prescient leadership, his business empire has grown to include over 1000 Dollarama stores across Canada. No less impressive has been his passion for philanthropic ventures. In 2013, The Rossy Family Foundation made a transformative founding gift to launch the Rossy Cancer Network — an initiative that strives to improve cancer care, survival rates and to reduce the burden of this disease on patients and their families. In addition to health care and social causes, the Foundation has also given generously to the arts and education. As a result of his extraordinary and selfless commitment to using the fruits of his hard work to improve the lives of others, Larry Rossy has been awarded the Order of Canada and the Ordre National du Québec.

Doctorat en droit honoris causa
LAWRENCE (LARRY) G. ROSSY, C.M., O.Q.
B.A. (Université McGill)
Montréalais de troisième génération, Lawrence Rossy a suivi les traces de son père et de son grand-père, qui a lancé une chaîne florissante de magasins de détail portant le nom de la famille. En 1992, M. Rossy prend la décision stratégique d’adopter le concept des magasins à un dollar. Grâce à sa direction visionnaire, son empire commercial se développe : on compte maintenant plus de 1 000 magasins Dollarama au Canada. Sa passion pour les œuvres philanthropiques est tout aussi impressionnante. En 2013, la Fondation Familiale Rossy a fait un don porteur qui a permis de lancer le Réseau de cancérologie Rossy dont la mission est d’améliorer la qualité des soins, d’augmenter le taux de survie et d’alléger le fardeau que la maladie impose aux patients et à leur famille. En plus de soutenir les soins de santé et les causes sociales, la Fondation donne généreusement aux arts et à l’éducation.

Pour son engagement extraordinaire et altruiste à utiliser les fruits de son dur labeur pour améliorer la vie d’autrui, Larry Rossy a reçu l’Ordre du Canada et l’Ordre national du Québec.


 

LAW

Wednesday, June 1, 2016, 3 p.m. / le mercredi 1er juin (15h)

Doctor of Laws honoris causa                     
THE RIGHT HONOURABLE BEVERLEY MCLACHLIN, P.C.
Chief Justice of Canada
B.A., M.A., LL.B. (University of Alberta)
The Right Honourable Beverley McLachlin is Chief Justice of the Supreme Court of Canada. The first woman to hold this position, Chief Justice McLachlin is also the longest serving chief justice in Canadian history. One of the most experienced judges in the history of the Court, she has authored more than 400 majority decisions,  including some of the most important and high‐profile rulings in the court’s history such as the 2001 Sharpe decision upholding Canada’s ban on child pornography, the 2007 Charkaoui decision striking down security certificate legislation, the 2011 Insite ruling in favour of Vancouver’s safe injection site, the 2013 Bedford decision striking down Canada’s anti‐prostitution laws and the 2015 Nur decision invalidating mandatory minimum sentences for gun crimes.

Under her leadership, the Supreme Court of Canada has become one of the most respected courts of final jurisdiction in the world. Chief Justice McLachlin has championed equality, diversity and respect for human rights in Canada and has been a staunch supporter of reconciliation with First Nations.

Doctorat en droit honoris causa
LA TRÈS HONORABLE BEVERLEY MCLACHLIN, C.P.
Juge en chef du Canada
B.A., M.A., LL.B. (Université de l’Alberta)
La très honorable Beverley McLachlin est Juge en chef de la Cour suprême du Canada. Première femme à occuper ce poste, la Juge en chef McLachlin est aussi celle qui a exercé cette fonction le plus longtemps dans l’histoire du Canada. Figurant parmi les juges les plus expérimentés de l’histoire de la Cour suprême, elle est l’auteure de plus de 400 jugements majoritaires, dont certains des plus importants et des plus percutants jamais rendus par la Cour, dont l’arrêt Sharpe de 2001, qui confirmait la validité des dispositions interdisant la pornographie juvénile au Canada, l’arrêt Charkaoui de 2007, qui déclarait inconstitutionnelle la loi sur les certificats de sécurité, l’arrêt Insite de 2011 en faveur d’un centre d’injection supervisée de Vancouver, l’arrêt Bedford de 2013, qui déclarait l’inconstitutionnalité de dispositions de la loi criminalisant certains aspects de la prostitution et l’arrêt Nur de 2015, qui invalidait les peines minimales obligatoires concernant la possession d’armes à feu.

Sous sa direction, la Cour suprême du Canada est devenue l’un des tribunaux de dernière instance les plus respectés au monde. Championne de l’égalité, de la diversité et du respect des droits de la personne au Canada, la Juge en chef McLachlin a aussi été une ardente défenseure de la réconciliation avec les Premières Nations


 

ENGINEERING

Thursday, June 2, 2016, 10 a.m. / Le jeudi 2 juin (10h)

Doctor of Science honoris causa                      
HENRY PETROSKI, P.E., C.ENG., F.A.A.A.S., F.A.S.C.E., F.A.S.M.E., F.I.E.I.
B.M.E. (Manhattan College), M.S., Ph.D. (University of Illinois)
Henry Petroski is an internationally respected engineer, researcher, teacher, author and communicator who has devoted his career to furthering mankind’s understanding of technology and the role of design in modern society. His fields of expertise include structural engineering, the nature of invention, the history of engineering and technology and, most importantly, the interrelationship between success and failure in design. Often described as America’s poet laureate of technology, Dr. Petroski holds a dual appointment at Duke University in the Department of Civil Engineering and the Department of History. He is a prolific author, a much sought‐after lecturer and a frequent radio and TV commentator on engineering- and technology-‐related issues. He has received many honours and awards including a Guggenheim Fellowship. Dr. Petroski is an elected member of the American Academy of Arts and Sciences, the American Philosophical Society, and the U.S. National Academy of Engineering.

Doctorat ès sciences honoris causa
HENRY PETROSKI, P.E., C. ENG., F.A.A.A.S., F.A.S.C.E., F.A.S.M.E., F.I.E.I.
B.M.E. (Manhattan College), M.S., Ph. D. (Université de l’Illinois)
Henry Petroski est un ingénieur, chercheur, professeur, auteur et communicateur qui jouit d’un grand respect à l’échelle internationale. Tout au long de sa carrière, il a voulu aider l’humanité à mieux comprendre la technologie et le rôle du design dans la société moderne. Ses domaines de compétence comprennent le génie des structures, la nature de l’invention, l’histoire du génie et de la technologie et, surtout, l’interrelation entre la réussite et l’échec en matière de design. Souvent qualifié de poète lauréat de la technologie en Amérique, le professeur Petroski enseigne au département de génie civil et au département d’histoire de l’Université Duke. C’est un auteur prolifique et un conférencier fort prisé. Il est souvent invité à la radio et à la télévision pour se prononcer sur des questions liées au génie et à la technologie. Il a reçu de nombreux prix et distinctions, dont la Bourse Guggenheim. Le professeur Petroski est un membre élu de l’American Academy of Arts and Sciences (Académie américaine des arts et des sciences), de l’American Philosophical Society (Société américaine de philosophie) et de la National Academy of Engineering des États-Unis (Académie nationale du génie).


 

EDUCATION

Thursday, June 2, 2016, 3 p.m. / le jeudi 2 juin (15h)

Doctor of Letters honoris causa
CÉLINE GALIPEAU, O.C., O.Q.
B.A. (McGill University)
As Radio-Canada's first female news anchor for Le Téléjournal, Céline Galipeau has been a role model for an entire generation of young women aspiring to careers in journalism. Ms Galipeau has shared some of the most important stories of our time with Canadian viewers, providing detailed insight into other cultures, gripping coverage of political turmoil around the world, and astute analysis of the news of the day. In 1995 her reports on the World Conference on Women in Beijing earned her the Amnesty International Media Award and in 2005 she was awarded the Claire L’Heureux-Dubé Award for her work on gender equality. A recipient of the Order of Quebec in 2009, Ms. Galipeau was cited for her committed, humanitarian approach to her work and in particular her dedication to reporting on the difficult and often brutal conditions women have lived under across the globe. In 2013, she was made an Officer of the Order of Canada as one of Canada’s most extraordinary journalists.

Doctorat ès lettres honoris causa
CÉLINE GALIPEAU, O.C., O.Q.
B.A. (Université McGill)
Première femme chef d’antenne à la barre du Téléjournal de Radio-Canada, Céline Galipeau a été un modèle pour toute une génération de jeunes femmes attirées par la carrière de journaliste. Mme Galipeau a couvert certains des événements les plus marquants de notre époque pour les téléspectateurs canadiens, leur offrant une porte ouverte sur les autres cultures, une description prenante des troubles politiques sur la planète et une analyse intelligente des dernières actualités. Ses reportages sur la Conférence mondiale sur les femmes à Beijing en 1995 lui ont valu le prix Amnistie internationale. En 2005, on lui décerne le prix Claire-L’Heureux-Dubé pour son travail sur l’égalité entre les hommes et les femmes. Mme Galipeau a reçu l’Ordre du Québec en 2009; on a salué sa vision engagée et humaniste du travail de journaliste et, en particulier, sa détermination à rendre compte des conditions de vie difficiles et souvent inhumaines des femmes dans le monde. En 2013, elle a été faite officière de l’Ordre du Canada et a été présentée comme l’une des journalistes les plus remarquables au Canada.


 

AGRICULTURAL & ENVIRONMENTAL SCIENCES

Friday, June 3, 2016, 10 a.m. / le vendredi 3 juin (10h)

Doctor of Science honoris causa                     
RUTH DEFRIES
B.A. (Washington University), Ph.D. (Johns Hopkins University)
Dr. Ruth DeFries holds the Denning Family Chair in Sustainable Development in the Department of Ecology, Evolution and Environmental Biology at Columbia University. An environmental geographer and renowned scholar, Dr. DeFries research focuses on issues of sustainability, science policy, and the impact of the human race on the earth’s environment. She specializes in the use of remote sensing – aerial sensor technologies - to study the earth’s habitability under the influence of activities such as deforestation. In 2014 Dr. DeFries published the critically acclaimed book: The Big Rachet: How Humanity Thrives in the Face of Natural Crisis an optimistic view of the problems and solutions that the human enterprise has created in the quest to feed more people than ever before. Ruth DeFries has been awarded many honours among them the McArthur Genius Award and was elected to the United States National Academy of Sciences, one of that country’s highest scientific honours.

Doctorat ès sciences honoris causa
RUTH S. DEFRIES
B.A. (Université Washington), Ph. D. (Université Johns-Hopkins)

Ruth DeFries est professeure titulaire de la Chaire de la famille Denning en développement durable au département d’écologie, d’évolution et de biologie de l’environnement à l’Université Columbia. Géographe de l’environnement et chercheuse de renom, la professeure DeFries a fait du développement durable, de la politique scientifique et de l’incidence de l’homme sur l’environnement de la Terre ses sujets de prédilection. Elle utilise la télédétection, au moyen d’équipements embarqués dans des satellites ou des avions, pour étudier l’habitabilité de la Terre sous l’effet d’activités comme la déforestation. En 2014, la professeure DeFries a publié The Big Rachet: How Humanity Thrives in the Face of Natural Crisis, un ouvrage encensé par la critique qui présente une vision optimiste des problèmes et des solutions que l’humanité a créés en voulant nourrir plus de bouches que jamais auparavant. Ruth DeFries a reçu de nombreuses distinctions, dont le prix des génies de la fondation MacArthur, et elle a été élue à la National Academy of Sciences des États-Unis (Académie nationale des sciences), l’une des plus grandes distinctions scientifiques de ce pays.


 

AGRICULTURAL & ENVIRONMENTAL SCIENCES

Friday, June 3, 2016, 2:30 p.m. / le vendredi 3 juin (14h30)

Doctor of Letters honoris causa                  
MARIA LABRECQUE DUCHESNEAU
Maria Labrecque Duchesneau is a trained social worker known as the “guardian angel of the agricultural community”. Born on a farm in Quebec, Mrs. Labrecque Duchesneau knows firsthand the hardships of farming life. In 2001, she founded Au Coeur des Familles Agricoles (ACFA), a non-profit organization that works to meet the needs, both physical and psychological, of the agricultural community, while sensitizing the public to the agricultural environment. In 2013, ACFA opened a respite home in St-Hyacinthe where farmers can receive support services and obtain temporary help on their farms during their stay. ACFA has extended its services throughout Canada and has published numerous studies on agricultural producers’ health. Mrs. Labrecque Duchesneau has led very dynamic and innovative initiatives in Quebec, among them Fierté Agricole, a group whose mandate is to break the isolation in the rural community for LGBT agricultural producers. Mrs. Labrecque Duchesneau’s inspirational work has earned her numerous awards, including the 2014 Prix Hommage, Grand Prix de la ruralité du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du Territoire.

Doctorat ès lettres honoris causa
MARIA LABRECQUE DUCHESNEAU
Maria Labrecque Duchesneau est une intervenante psychosociale que l’on surnomme l’« ange gardien du monde agricole ». Née dans une ferme au Québec, Mme Labrecque Duchesneau connaît bien les conditions de vie difficiles des agriculteurs. En 2001, elle fonde Au Coeur des Familles Agricoles (ACFA), organisme sans but lucratif qui veut répondre aux besoins du milieu agricole sur les plans physique et psychologique tout en sensibilisant le public à la réalité agricole. En 2013, l’ACFA ouvre une maison de répit à Saint-Hyacinthe où les agriculteurs peuvent trouver des services de soutien et se faire remplacer temporairement à la ferme durant leur séjour. L’ACFA offre maintenant ses services dans tout le Canada et a publié de nombreuses études sur la santé des producteurs agricoles. Mme Labrecque Duchesneau a dirigé des initiatives dynamiques et novatrices au Québec, dont le groupe Fierté agricole, qui a pour mandat de briser l’isolement des gens de la communauté LGBT en milieu rural. L’action mobilisatrice de Mme Labrecque Duchesneau lui a valu de nombreuses distinctions, dont le prix Hommage 2014 dans le cadre des Grands Prix de la ruralité du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire.


 

Science

Monday, June 6, 2016, 10 a.m. / le lundi 6 juin (10h)

Doctor of Science honoris causa                     
VINTON GRAY CERF
B.Sc. (Stanford University), M.Sc., Ph.D. (UCLA)
Vinton Gray Cerf is an American computer scientist who is recognized as one of the fathers of the TCP/IP protocol suite which represents the core functionality and architecture that defines the Internet. From 1982 to 1986, Dr. Cerf was vice president of MCI Digital Information where he led the engineering of MCI Mail: the first commercial email service to be connected to the Internet. In December 1997, President Bill Clinton presented Cerf and his colleague, Robert E. Kahn the U.S. National Medal of Technology for founding and developing the Internet. In November 2005, Cerf and Kahn were awarded the Presidential Medal of Freedom by President George W. Bush for their contributions to the creation of the Internet. With others, Cerf received the Queen Elizabeth Prize for Engineering in 2013. Dr. Cerf currently serves on the U.S. National Science Board and is chairman of the board of the American Registry of Internet Numbers (ARIN) serving North America. For the past ten years, Dr. Cerf has served as a vice president at Google and was appointed “Chief Internet Evangelist” charged with expanding global access to the Internet and helping to develop policies for its application.

Doctorat ès sciences honoris causa
VINTON GRAY CERF

B. Sc. (Université Stanford), M. Sc., Ph. D. (UCLA)
Vinton Gray Cerf est un informaticien américain. Il est considéré comme l’un des pères fondateurs du protocole TCP/IP, qui représente les fonctions de base et l’architecture définissant l’Internet. De 1982 à 1986, M. Cerf a occupé le poste de vice-président à la société MCI Digital Information, où il a dirigé la mise au point de MCI Mail, le premier service commercial de messagerie relié à l’Internet. En décembre 1997, M. Cerf et son collègue, Robert E. Kahn, ont reçu du président Bill Clinton la National Medal of Technology (médaille nationale de la Technologie), pour avoir fondé et développé l’Internet. En novembre 2005, MM. Cerf et Kahn ont reçu des mains du président George W. Bush la Presidential Medal of Freedom (médaille présidentielle de la Liberté) pour leur contribution à la création de l’Internet. En compagnie d’autres lauréats, M. Cerf s’est vu décerner en 2013 le Queen Elizabeth Prize for Engineering (Prix de la Reine Elizabeth pour les sciences de l’ingénieur). M. Cerf siège actuellement au National Science Board (conseil national des sciences) des États-Unis et est le président du conseil de l’American Registry of Internet Numbers (ARIN), registre qui répartit les adresses IP en Amérique du Nord. Depuis dix ans, M. Cerf occupe un poste de vice-président chez Google et il a été nommé « Chief Internet Evangelist » (chef évangéliste d’Internet), avec pour mandat d’accroître l’accès à l’Internet dans le monde et de participer à l’élaboration des politiques nécessaires à son application.

 

Science

Monday, June 6, 2016, 3 p.m. / le lundi 6 juin (15h)

Doctor of Science honoris causa                          
PAUL T. ANASTAS
B.S. (University of Massachusetts), Ph.D. (Brandeis University)
Professor Paul T. Anastas holds the Teresa and H. John Heinz III Chair in the Chemistry for the Environment, and is the Director of the Center for Green Chemistry and Green Engineering at Yale University. Professor Anastas also holds appointments in the School of Forestry and Environmental Studies, the Departments of Chemistry, Chemical and Environmental Engineering, the School of Management, and the School of Medicine.In 1991 while working at the United States Environmental Protection Agency (EPA) he coined and defined the term “Green Chemistry”: a framework for molecular design to ensure that the chemical and material basis of our society and economy were as benign for humans and the environment as possible.  Known as the Father of Green Chemistry, Professor Anastas wrote his seminal work Green Chemistry: Theory and Practice, with co‐author John Warner, which introduced the 12 Principles of Green Chemistry. These principles are the framework for the design and manufacture of environmentally safe non-hazardous chemicals. Paul Anastas has worked tirelessly in the fields of business, policy making and academia to promote the adoption of the principles of Green Chemistry and to ensure a sustainable future for all.  For his dedication and exceptional leadership role he has been recognized with numerous honours and awards.

Doctorat ès sciences honoris causa
PAUL T. ANASTAS

B.S. (Université du Massachusetts), Ph. D. (Université Brandeis)
Le professeur Paul T. Anastas est titulaire de la chaire Teresa and H. John Heinz III de chimie pour l’environnement et directeur du Center for Green Chemistry and Green Engineering (centre pour la chimie verte et l’ingénierie verte) à l’Université Yale. Il occupe aussi des postes à l’École de foresterie et d’études environnementales, aux départements de chimie et de génie chimique et génie de l’environnement, à l’École de gestion et à l’École de médecine de l’université. En 1991, alors qu’il travaillait à l’Environmental Protection Agency (agence de protection de l’environnement) des États-Unis, il a créé et défini l’expression « chimie verte » : un moyen d’encadrer la conception moléculaire pour que le fondement chimique et matériel de notre société et de notre économie présente le moins de danger possible pour les humains et l’environnement. Considéré comme le père de la chimie verte, le professeur Anastas a écrit son ouvrage fondateur Green Chemistry: Theory and Practice en collaboration avec John Warner. L’ouvrage présentait les 12 principes de la chimie verte, qui encadrent la conception et la fabrication de produits chimiques écologiques et non dangereux. Paul Anastas a travaillé sans relâche auprès des entreprises, des décideurs et du milieu universitaire pour promouvoir l’adoption des principes de la chimie verte et assurer un avenir durable à tous. Son dévouement à la cause et son leadership exceptionnel lui ont valu de nombreux prix et distinctions.


 

Arts and Religious Studies

Tuesday, June 7, 2016, 10 a.m. / le mardi 7 juin (10h)

Doctor of Letters honoris causa                   
Sandra Djwa,
F.R.S.C.
B.A., Ph.D. (University of British Columbia)
Born in Newfoundland, Sandra Djwa is a writer, critic and cultural biographer.  She joined the Department of English at Simon Fraser University in 1968 where she spent her entire career before retiring in 2005 as Professor Emerita and the J.S. Woodsworth Resident Scholar in the Humanities.  Professor Djwa has played an integral role in Canada’s literary history.  Canadian Literature would be unrecognizable today without her lifelong efforts and dedication. She was part of a movement in the 70s that established the study of Canadian Literature as an independent discipline.  In 1973, she cofounded The Association for Canadian and Quebec Literatures (ACQL), a learned society that promotes research, pedagogies, new knowledges, literary criticism and theory about the diverse literatures of Canada and Québec. She has close links with this university as the biographer of F.R. Scott, McGill’s celebrated Dean of Law. Her biography of Scott, The Politics of the Imagination (1987) was republished in translation in 2001 as F.R. Scott: Une vie. Professor Djwa’s has published 10 books including three major biographies and her work has earned numerous awards and accolades, among them: The Lorne Pierce Gold Medal for Literature from the Royal Society of Canada, the Governor General’s Award for Non-Fiction and the Canada Prize in the Humanities. In 1981 Sandra Djwa was awarded a Killam Senior Fellowship and in 1994 she was elected to the Royal Society of Canada.   

Doctorat ès lettres honoris causa
Sandra Djwa, M.S.R.C.
B.A., Ph. D. (Université de la Colombie-Britannique)

Native de Terre-Neuve, Sandra Djwa est écrivaine, critique et biographe culturelle. Elle est entrée au Département d’anglais de l’Université Simon Fraser en 1968 et y a passé toute sa carrière. Elle a pris sa retraite en 2005 après avoir été chercheuse et professeure en résidence en sciences humaines dans le cadre du programme J.S. Woodsworth. L’université lui a décerné le titre de professeure émérite. La professeure Djwa a joué un rôle majeur dans l’histoire littéraire du Canada. La littérature canadienne ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui sans ses efforts et son dévouement inlassables. Dans les années 1970, elle a participé à un mouvement qui a fait de l’étude de la littérature canadienne une discipline à part entière. En 1973, elle a cofondé l’Association des littératures canadiennes et québécoises (ALCQ), une société savante vouée à la promotion de la recherche, de l’enseignement, des connaissances, de la critique littéraire et de la théorie concernant les littératures canadienne et québécoise. Elle a des liens étroits avec notre université, puisqu’elle est la biographe de F.R. Scott, célèbre doyen de la Faculté de droit de McGill. La biographie parue en anglais sous le titre The Politics of the Imagination en 1987 a été publiée en traduction en 2001 sous le titre F.R. Scott : Une vie. La professeure Djwa a publié dix ouvrages, dont trois importantes biographies, et ses travaux lui ont valu de nombreux prix et distinctions, dont la Médaille Lorne Pierce pour la littérature de la Société royale du Canada, le Prix littéraire du Gouverneur général, catégorie Études et essais et le Prix du Canada en sciences humaines. Sandra Djwa a remporté une bourse de recherche Killam en 1981 et a été élue à la Société royale du Canada en 1994.


 

Arts

Tuesday, June 7, 2016, 3 p.m. / le mardi 7 juin (15h)

Doctor of Letters honoris causa                 
ANDREAS WIMMER
M.A., Ph.D. (University of Zurich)
Andreas Wimmer is the Lieber Professor of Sociology and Political Philosophy at Columbia University. Professor Wimmer is considered a ‘world sociologist’—Swiss and multilingual— he is at once sociologist, anthropologist and political scientist, with extensive expertise in quite a number of countries, from Mexico and Iraq to much of Europe and the United States. Andreas Wimmer has been the recipient of many prestigious awards including the Heisenberg Fellowship from the German Research Foundation and he has occupied visiting positions at distinguished institutions from St Antony's College of Oxford University, the Institute for Research in Humanities of Kyoto University, the École des hautes études en sciences sociales in Paris and at the United States Institute of Peace in Washington DC. Professor Wimmer’s research based on innovative and systematic data sets has helped us understand state formation, nation building, ethnic conflict and war more than any other recent scholar. An expert on the dangers of excluding minorities from political representation, his work has created significant awareness on the importance of power sharing for preventing ethnic conflicts. Andreas Wimmer has made us mindful of the structural factors that lead to violence, whilst pointing to options that allow for a more peaceful world.

Doctorat ès lettres honoris causa
ANDREAS
WIMMER
M.A., Ph. D. (Université de Zurich)

Andreas Wimmer est titulaire de la chaire Lieber de sociologie et de philosophie politique à l’Université Columbia. Il est considéré comme un « sociologue international ». Suisse et multilingue, il est à la fois sociologue, anthropologue et politicologue et a une connaissance approfondie de nombreux pays, du Mexique à l’Iraq en passant par une grande partie de l’Europe et les États-Unis. Andreas Wimmer a remporté une quantité de prix prestigieux dont une bourse Heisenberg de la Fondation allemande pour la recherche et a été invité à différents titres par des établissements réputés comme le St Antony's College de l’Université d’Oxford, l’Institut de recherche en sciences humaines de l’Université de Kyoto, l’École des hautes études en sciences sociales à Paris et l’Institut des États-Unis pour la paix à Washington, D.C. Par ses recherches, qui s’appuient sur des ensembles de données novateurs et systématiques, le professeur Wimmer nous a aidés à comprendre la formation des États, l’édification des nations, les conflits ethniques et la guerre, plus que tout autre chercheur moderne. Parce qu’il connaît parfaitement bien les dangers de la sous-représentation politique des minorités, il nous a sensibilisés à l’importance du partage du pouvoir dans la prévention des conflits ethniques. Andreas Wimmer nous a fait prendre conscience des facteurs structurels qui mènent à la violence, tout en proposant des moyens de rendre notre monde plus pacifique.

 

Arts

Wednesday, June 8, 2016, 10 a.m. / le mercredi 8 juin (10h)

To be confirmed

À déterminer


 

Continuing Studies

Wednesday, June 8, 2016, 6 p.m. / le mercredi 8 juin (18h)

Doctor of Letters honoris causa                    
ZITA COBB
B.Comm. (Carleton University)

Zita Cobb is a pioneer in the field of social entrepreneurship. Growing up on Fogo Island, a remote fishing community off the northeast coast of Newfoundland, Ms. Cobb developed a deep belief in the inherent value of place and a profound respect for the human ways of knowing that emerge from respectful relationships with place. She began working at JDS Fitel, subsequently JDS Uniphase, where she collaborated with others to build the company into an extremely successful high‐tech enterprise. In 2001, Ms. Cobb retired and began her philanthropic work on Fogo Island. She recognized that traditional charity could not create community resiliency and therefore, adopted a social entrepreneurship approach to economic and cultural revitalization. Ms. Cobb’s goal was to leverage initial investments to create community‐owned economic assets with all surpluses being reinvested back into the community. Along with her brothers Anthony and Alan, she established the Shorefast Foundation, a registered charity of Canada, whose most significant projects to date are the acclaimed Fogo Island Inn, Fogo Island Arts, and Fogo Island Shop. Zita Cobb now dedicates her energies to the wellbeing of Fogo Island and to sharing the Fogo Island model as an example for other small communities.

Doctorat ès lettres honoris causa
ZITA COBB

B. Comm. (Université Carleton)
Zita Cobb est une pionnière dans le domaine de l’entrepreneuriat social. Ayant grandi sur l’île Fogo, un village de pêcheurs isolé au large de la côte nord-est de Terre-Neuve, Mme Cobb croit fermement à la valeur inhérente du lieu et a un profond respect pour les modes d’acquisition du savoir qui émergent des relations respectueuses de l’humain avec le lieu. Elle a d’abord travaillé pour la firme JDS Fitel, connue plus tard sous le nom de JDS Uniphase, et a contribué avec ses collègues à en faire une entreprise de haute technologie extrêmement florissante. En 2001, Mme Cobb a pris sa retraite et a entrepris son œuvre philanthropique sur l’île Fogo. Consciente que les modes traditionnels de charité ne pourraient pas créer de la résilience dans la collectivité, elle a adopté l’approche de l’entrepreneuriat social pour favoriser la revitalisation économique et culturelle. Son objectif était de se servir des investissements initiaux comme d’un levier pour créer des actifs économiques appartenant à la collectivité, où seraient réinvestis tous les surplus. Avec ses frères Anthony et Alan, elle a mis sur pied la Shorefast Foundation, un organisme de bienfaisance enregistré au Canada, dont les projets les plus importants à ce jour sont l’hôtel Fogo Island Inn, le Fogo Island Arts et la Fogo Island Shop, qui ont suscité beaucoup d’éloges. Zita Cobb consacre maintenant ses énergies à préserver le bien-être de son île et à faire connaître le modèle de l’île Fogo pour que d’autres petites collectivités le prennent en exemple.