Membres du Laboratoire

Nos membres

Membres du RRDTD

Dès la fondation du laboratoire, les membres ont formé le Réseau de recherche sur le droit du travail et le développement (RRDTD). Les membres du réseau se sont rencontrés virtuellement au cours des années 2007-2008 et ont tenu des réunions annuelles entre 2007 et 2009. Le fruit de ces rencontres fut la publication en 2011 d'un numéro spécial de la revue Comparative Labor Law and Policy Journal intitulé "Labor Law and Development: Perspectives on Labor Regulation in Africa and the African Diaspora." Les membres ont dès lors et ainsi continué à collaborer de manière plus décentralisée dans le cadre de plusieurs activités liées au mandat du Laboratoire de recherche sur le droit du travail (LLDRL) et le développement, y compris le Séminaire international sur la réglementation du travail décent pour les travailleurs domestiques, la conférence inaugurale du Réseau de recherche en droit du travail (LLRN), ainsi que dans le cadre d'un projet de recherche du CRDI sur l'innovation dans les pratiques réglementaires portant sur la réglementation du travail décent pour les travailleurs domestiques. Plus récemment, de nombreux membres du Réseau ont contribué à un numéro spécial de la Revue canadienne du droit et de la société, édité par l'éditrice-invitée la professeure Adelle Blackett. La publication de ce numéro spécial est prévue pour l'été 2018. 

Prof. Adelle Blackett, Directrice du Laboratoire et Animatrice du réseau
Faculté de droit, Université McGill

Adelle Blackett, Ad. E., est professeure de droit et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit transnational du travail et développement à l’Université McGill.  Diplômée de McGill en common law et en droit civil, dotée d’un B.A. en histoire de l’Université Queen’s, la professeure Blackett détient également un LL.M. et un doctorat en droit de l'Université Columbia. Elle est membre des barreaux du Québec et du Haut-Canada (Ontario).  Ses sujets d’enseignement et de recherche sont le droit du travail, le commerce international, le droit et le développement, la critical race theory et l’esclavage et le droit. Elle publie en anglais, en français et en espagnol dans le domaine émergent du droit transnational du travail, et a codirigé un ouvrage intitulé Research Handbook onTransnational Labour Law. Son plus récent ouvrage, intitulé Everyday Transgressions: Domestic Workers’ Transnational Challenge to International Labour Law (Cornell University Press) fût publié au printemps 2019. 

Professeure Blackett est la récipiendaire de prestigieuses sources d’appui à la recherche. Elle a notamment reçu, en 2010, la bourse Bora-Laskin pour la recherche sur les droits de la personne du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), et en septembre 2016, la professeure Blackett a reçu un prix de recherche de la Fondation Pierre Elliott Trudeau. Elle a détenu une Chaire William Dawson à la Faculté de droit de l'Université McGill entre 2007 et 2016, et a été professeure invitée à la Banque africaine de développement, la Australian National University et SOAS (University of London).  La professeure Blackett dirige le Laboratoire de recherche sur le droit du travail et le développement (LLDRL) et a été l'un des membres fondateurs du Réseau international de recherche en droit du travail (LLRN). Elle est membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail (CRIMT).

Ancienne fonctionnaire du Bureau International du Travail (BIT) à Genève, elle a depuis été conseillère auprès du BIT dans un processus tripartite en Haïti, et a rédigé un avant-projet de code du travail haïtien (2011-2014). Elle a aussi agi, entre 2008-2011, à titre d’experte de l’OIT pour l’élaboration des normes internationales du travail sur le travail décent des travailleuses et travailleurs domestiques (Convention n° 189 et de la Recommandation n° 201). En 2009, la professeure Blackett a été nommée à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) par l'Assemblée nationale du Québec, et y a siégé à titre de commissaire à temps partiel pendant sept (7) ans. 

En 2012, elle recevait une Médaille du Jubilé de diamant de la Reine Élizabeth II. En 2014, le Barreau du Québec lui a décerné le Mérite Christine-Tourigny pour son engagement social et de son apport à l'avancement des femmes et, en 2015, l’Association Avocats et Avocates Noirs du Canada a souligné ses contributions significatives à la communauté juridique en lui octroyant le Prix Pathfinder. En novembre 2018, Adelle Blackett a été nommée au comité d’experts en droits de la personne du Programme de contestation judiciaire du Gouvernement du Canada

Dr. Rose-Marie Belle Antoine
Faculté de droit, University of the West Indies

Doyenne de la Faculté de droit de l'Université des Indes occidentales, une université régionale desservant l'ensemble du Commonwealth des Caraïbes, la Dr. Rose-Marie Belle Antoine est professeure de droit du travail et de droit financier extraterritorial. Sa carrière est vaste et diversifiée, s'intéressant à la fois à la recherche, au travail dans le secteur public, et à l'activisme. Ses domaines d'expertise sont le droit financier extraterritorial, le droit du travail, le droit à l'anti-discrimination, le droit public (droits humains, droit administratif et droit du service public) et les systèmes juridiques / droit comparé.

En tant que conseillère, la professeure Antoine a desservi tous les gouvernements du Commonwealth des Caraïbes et plusieurs gouvernements à l'extérieur de la région, tels que le Royaume-Uni, le Venezuela, les États-Unis et le Canada, ainsi que plusieurs organisations internationales et régionales, y compris l'Union européenne. OEA, BID, Banque mondiale, CARICOM, OECO, UNICEF, OIT, UNIFEM, PanCap et PNUCID. Elle est l'auteure de nombreux rapports sur des sujets régionaux tels que la discrimination, la réforme constitutionnelle, la réforme de la fonction publique, la police, les droits des enfants et la justice pour mineurs, l'entraide judiciaire, les droits des femmes, le droit du travail et la lutte contre la corruption. Elle a également rédigé quelques lois importantes relatives à divers secteurs du droit, notamment le secteur financier, la santé, le service public, l'éducation, la justice pour mineurs, le droit du travail, le droit financier, le traffic humain et a contribué à la rédaction du Code du Travail de Sainte-Lucie. Elle a donc contribué de façon significative à la réalisation pratique des objectifs de développement et de la politique juridique des Caraïbes. 

Dr. Diamond Ashiagbor 
Institute of Advanced Legal Studies, School of Advanced Legal Study University of London

Dr. Diamond Ashiagbor est professeure de droit et directrice de recherche à the Institute of Advanced Legal Studies à Londres. Auparavant, elle a été professeure de droit du travail à la faculté des études orientales et africaines (SOAS) de l'Université de Londres, chercheuse boursière Fernand Braudel Senior à l'Institut universitaire européen de Florence (printemps 2011) et "reader in law" à la faculté de droit de University College à Londres. Ses principaux domaines de recherche sont le droit du travail et de l'emploi, le droit de l'égalité et de l'anti-discrimination, les droits de l'homme, l'égalité et le multi-culturalisme, l'intégration au marché européen et la nouvelle gouvernance, le droit du travail, du commerce et du développement.

Son livre The European Employment Strategy: Labour Market Regulation and New Governance (OUP, 2005 Oxford Monographs on Labour Law) a remporté en 2006 le prix d’excellence Peter Birks en recherche juridique de la Society of Legal Scholars. Ses projets de recherche actuels comprennent un examen de l’interaction entre mondialisation, développement international et droit du travail, et ce dans le cadre particulier des accords commerciaux entre l'UE et les États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Groupe ACP) et un projet sur la « négociation libérale intégrée » et le droit du travail dans le Sud.

Prof. Chantal Thomas
Faculté de Droit, Université Cornell 

Chantal Thomas est professeure de droit à la Cornell Law School, où elle dirige également l'Initiative Clarke pour le droit et le développement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle y enseigne dans les domaines du droit du développement international, du droit du commerce international, des sociétés, des contrats et du droit et de la mondialisation. La professeure Thomas concentre ses recherches sur la relation entre le droit international, l'économie politique et la justice sociale mondiale dans divers contextes.

Auparavant, la professeure Thomas a présidé le département de droit de l'Université Américaine au Caire et a également été membre des facultés de droit de l'Université du Minnesota et de l'Université Fordham. Elle a été professeure invitée dans des institutions telles que la Harvard Law School, la Stanford Law School, le Centre d'études juridiques transnationales de Londres et l'Université de Soochow en Chine, où elle y a enseigné le droit économique international. La professeure Thomas a été consultante pour le Bureau de la démocratie, des conflits et des affaires humanitaires de l'USAID. Elle a siégé au Comité consultatif du Département d'État américain sur le droit international et vice-présidente du Conseil exécutif de l'American Society of International Law. 
 

Dr. Dzodzi Tsikata
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales (CODESRIA)

Dzodzi Tsikata est présidente du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA), professeure et chercheuse en sociologie du développement et directrice de l'Institut des études africaines (IAS) à l'Université du Ghana. Auparavant, elle a été directrice adjointe à l'Institut de recherche statistique, sociale et économique (ISSER) et directrice du Centre d'études et de plaidoyer sur le genre (CEGENSA) à l'Université du Ghana. Elle est titulaire d'un doctorat en sciences sociales de l'Université de Leiden aux Pays-Bas.

Les intérêts de recherche de la Dr Tsikata portent sur les politiques et pratiques sur le genre et le développement, l'informalisation et ses implications pour le travail décent, les politiques de réformes foncières et les transactions foncières commerciales à grande échelle, l'activisme en faveur de l'égalité des sexes et les mouvements féministes, ainsi que les systèmes de subsistance ruraux et urbains. Elle est largement publiée sur ces sujets. Ses publications les plus récentes incluent un numéro spécial de Feminist Economics on Land, Gender and Food Security (2014), un livre édité (avec Cheryl Rodriguez et Akosua Adomako Ampofo) intitulé Transatlantic Feminisms: Women and Gender Studies in Africa and the Diaspora (Lexington Books, 2015) et un livre édité (avec Ruth Hall et Ian Scoones), intitulé Africa’s Land Rush: Implications for Rural Livelihoods and Agrarian Change (Boydell and Brewer Ltd, 2015).
 

Prof. Martin Gallié
Faculté des sciences politiques et de droit, Département des sciences juridiques, UQAM

Martin Gallié est directeur du Centre d'études sur le droit international et la mondialisation (CÉDIM), ainsi que professeur et chercheur au Département des sciences juridiques de la Faculté de science politique et de droit de l'Université du Québec à Montréal. Il y enseigne le droit économique international, le droit du logement, les théories tiers-mondistes et postcoloniales du droit international, ainsi que les fondements de la législation sociale et du droit du travail. Il Gallié est diplômé de l'Université de Montréal et de l'Université de Paris X (LLD, 2006) et a complété une bourse postdoctorale CRIMT-LLDRL à l'Université McGill sous la supervision de la professeure Adelle Blackett. Les intérêts de recherche du Dr Gallié se situent dans les domaines du droit social et de la protection sociale, du droit du logement et du droit international de l'économie et du développement.

Ses projets antérieurs comprennent des recherches sur les conditions de travail des travailleuses domestiques migrantes au Canada, sous l'angle du Programme canadien des aides familiales et de l’obligation de résidence, ainsi que le droit au logement et l'obligation d'agit de l'État et aux réformes de l'assurance-emploi. De 2011 à 2014, le Professeur Gallié a dirigé un projet de recherche financé par le CRSH sur la privatisation du droit au logement pour les travailleurs agricoles saisonniers au Canada. 
 

Prof. Armel Brice Adanhounme
Département des relations industrielles, Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)

Armel Brice Adanhounme est professeur au Département des relations industrielles de l'Université du Québec à Trois-Rivière. Avant de se joindre à l'UQTR, le Dr. Adanhounme était boursier postdoctoral Banting à la Faculté de droit de l'Université McGill et chercheur associé au Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail (CRIMT). Il détient un doctorat en administration des affaires de HEC Montréal, où il a effectué une analyse institutionnelle et comparative de la citoyenneté au travail dans une multinationale. Les recherches actuelles du Dr Adanhounme explorent les origines juridiques de l'exclusion au travail et les défis socio-juridiques de l'investissement direct étranger chinois dans les pays d'Afrique subsaharienne. Il étudie le développement et la mondialisation dans le contexte des économies libérales et postcoloniales du Sud, en particulier le Canada et le Ghana, en examinant les façons dont la citoyenneté et la gouvernance sont réfractées et influencées par la relation entre la culture, le droit et les normes du travail. À l'hiver 2013, le Professeur Adanhounme a supervisé le séminaire-étudiant Critical Race Theory à la Faculté de droit de l'Université McGill, mis sur pied par des étudiants de la Faculté de droit et commandité par la Professeure Adelle Blackett. 

En mai 2013, son essai «Évaluation des investissements chinois dans les pays d'Afrique subsaharienne: une perspective institutionnelle» était en lice pour l'obtention du prestigieux prix Kari Polanyi-Levitt.
 

Prof. Assata KONE-SILUE
Faculté de droit, Université Félix Houphouët Boigny de Cocody

Diplômée de l'Université Paris Nanterre (France), la Dr Assata KONE-SILUE est professeure et chercheuse à l'Université Félix Houphouët de Boigny de Cocody en Côte d'Ivoire, ainsi que membre de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance à Abidjan. Spécialisée en droit social, la Dr KONE-SILUE s'intéresse particulièrement aux questions relatives à la précarité de l'emploi et aux interactions entre les économies informelles et le droit social dans les pays francophones d'Afrique subsaharienne. Fortement impliquée dans les politiques de lutte contre la corruption et la promotion de la bonne gouvernance en Côte d’Ivoire, Dr. Assata KONE-SILUE bénéficie également d’une expertise en matière d’élaborations de normes constitutionnelles. La Dr. KONE-SILUE est l'auteure et co-auteure d'un nombre de documents de travail du Laboratoire de recherche sur le droit du travail et le développement axés sur la Côte d'Ivoire.

Prof. Lorena Poblete
Conseil national de recherche d’Argentine et l’Université nationale de San Martín

Lorena Poblete est chercheuse au Conseil national de recherche d’Argentine (CIS-CONICET / IDES) et professeure associée à l’Université nationale de San Martín (IDAES-UNSAM). Elle est titulaire d'un doctorat en sociologie de l'École des hautes études en sciences sociales (Paris) et d'un DEA en ethnologie et en anthropologie de la même université et d'un master en sciences sociales de la FLACSO (Argentine). Elle a été chercheuse invitée à l'Université de Lille 1 (France), à ​​la Frei Universitat Berlin (Allemagne) et à l'Université de Princeton (États-Unis). Ses recherches portent principalement sur la réglementation du travail, les régimes de sécurité sociale et les institutions du travail. Elle travaille actuellement sur un projet concernant les politiques de formalisation en Argentine. Le projet porte en particulier sur les politiques concernant les travailleurs atypiques tels que les travailleurs indépendants et les travailleurs domestiques rémunérés. Depuis 2014, Lorena Poblete a participé à diverses activités organisées par le Laboratoire de recherche sur le droit du travail et le développement de McGill et a rédigé un document de travail intitulé «New Rights, Old Protection: The New Regulation for Domestic Workers in Argentina». La professeure Poblete a visité le LLDRL en tant que boursière en résidence O'Brien d'avril à juillet 2018. Au cours de sa visite, la professeure Poblete a poursuivi ses recherches sur l'application des droits des travailleuses domestiques en Argentine, au Chili, au Paraguay. Celles-ci s'inscrivent dans la continuité des recherches menées par le LLDRL sur ce thème en Afrique du Sud et en Côte d’Ivoire.

Dr. Sabaa Khan
Faculté de droit, University of Eastern Finland

Sabaa Khan est chercheuse principale au Centre de droit, du droit de l'énergie et de l'environnement et du changement climatique, à la University of Eastern Finland. Elle est avocate membre du Barreau du Québec et siège actuellement au Comité consultatif public mixte de la Commission de coopération environnementale, nommée par le ministre de l’Environnement et du Changement climatique du Canada. Sabaa est titulaire d’un doctorat de la faculté de droit de l’Université McGill, avec spécialisation en commerce international et droit de l’environnement. Elle est également membre O’Brien du Centre pour les droits de la personne et le pluralisme juridique (Montréal, 2011-2014) et membre de l’Institut de recherche sur le développement durable (Potsdam, 2013). En tant que juriste, Sabaa Khan a également travaillé dans le domaine du droit administratif mondial, où elle avait notamment pour mandat de fournir une analyse juridique à la réforme des mécanismes de justice interne et aux politiques de protection des lanceurs d'alerte au sein de diverses institutions internationales, notamment la Banque mondiale, le FMI et l'ONU. Ses publications traitent de l'interaction entre les systèmes de droit de l'environnement, du commerce et du droit du travail. Ses travaux récents explorent ce lien dans le contexte des mouvements transfrontaliers de produits chimiques et de déchets, de la gouvernance des océans et du changement climatique dans l'Arctique.

Dr. Maude Choko 
Faculté de droit, Université McGill et Université de Montréal

Maude Choko est une artiste (auteure et actrice, membre de l'ACTRA et de l'UDA) et une experte en droit du travail (D.C.L. de l'Université McGill, 2015 et du Barreau du Québec, 2003). Elle a enseigné le droit à des étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs et utilise le stylo (ou le clavier!) Depuis de nombreuses années. Animée par le désir de raconter des histoires, elle a écrit plusieurs courts métrages présentés dans des festivals, dont Trop ... trop tard (2018), présentée à la Cinémathèque en juin 2018. Elle a également fait une incursion dans la dramaturgie en écrivant Trois fois passera, la dernière y restera ?, sélectionnés à l'Espace La Risée et présentés en 2018 dans le cadre de leur événement Paroles de femmes. Écrivant dans le cadre de recherches académiques, Maude Choko a obtenu le soutien financier de plusieurs institutions (SSRH, CRIMT, Fondation du Barreau, Chambre des notaires). Ses recherches ont porté sur la liberté d'association et la promotion de l'autonomie collective des travailleurs indépendants. Convaincue de l’intérêt du régime juridique spécifique régissant les relations de travail des artistes pour d’autres travailleurs atypiques, Dr. Choko a étudié ce régime, qui continue de stimuler sa réflexion et sa curiosité. Ses travaux ont été publiés dans des revues canadiennes et internationales et présentés à différentes conférences au Canada, en Italie, au Royaume-Uni, en Australie et au Mexique.

Maude Choko est actuellement chargée de cours à l'Université McGill et à l'Université de Montréal. Toujours fascinée par les relations humaines, dans toute sa complexité, sa force et sa fragilité, Maude Choko travaille au développement de trois longs métrages, ainsi qu’à un livre pour enfants. Dédiée au développement de la recherche créative, elle a récemment soumis un projet de court métrage sur les travailleurs migrants au Conseil des arts et des lettres du Québec. Mère de trois enfants, Maude Choko est également dévouée à leur éducation. Et de temps en temps, elle dort ...


Prof. Louise Boivin 
Département de relations industrielles, Université du Québec en Outaouais (UQO)

Louise Boivin est professeure depuis 2012 au Département de relations industrielles de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), où elle est aussi responsable du programme de doctorat et où elle enseigne des cours sur le syndicalisme, les relations du travail ainsi que la mondialisation et le travail. Elle est chercheure membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail (CRIMT) et du Réseau québécois en études féministes (RéQEF), où elle est co-responsable du Chantier de recherche sur le travail. 

Louise Boivin mène des recherches depuis une quinzaine d’années sur le travail, l’emploi ainsi que l’action syndicale et associative dans les services publics et privés de soin au Québec, en particulier l’aide à domicile et l’hébergement pour personnes aîné.e.s ou vivant avec un handicap. Ses travaux analysent notamment les manifestations intersectionnelles des divisions sexuelle, raciale, capitaliste et internationale du travail. Ils ont fait l’objet de publications et de communications scientifiques aux niveaux national et international et de nombreuses présentations dans la collectivité.

Dans ses diverses vies antérieures à l’obtention d’un doctorat de l’École des relations industrielles de l’Université de Montréal, sous la direction de la professeure titulaire Guylaine Vallée, Louise Boivin a réalisé des études de 2èmecycle en science politique et sociologie à l’Université du Québec à Montréal, été membre du conseil d’administration de la Ligue des droits et libertés et y a coordonné le Comité pour les droits des personnes migrantes et réfugiées. Elle a contribué à des recherches pour plusieurs regroupements communautaires et féministes du Québec. A titre de journaliste indépendante, elle a produit des reportages écrits et audio-visuels au Québec et en Amérique centrale pour divers médias conventionnels et alternatifs. Elle a aussi été impliquée dans le mouvement local et international des radios communautaires et dans des groupes de solidarité internationale.

Membres étudiants

Daniel Crespo
Candidat à la Maitrise en Droit (LL.M.), Faculté de droit, Université McGill

Daniel complète présentement sa maîtrise en droit à l’Université McGill, sous la supervision de la professeure Adelle Blackett. Boursier du Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail (CRIMT), sa recherche porte sur les réformes contemporaines en droit du travail, avec une emphase sur le cas d’espèce cubain.

Dans le cadre de ses études en relations internationales, puis en droit, au Département de sciences juridiques de l’UQÀM, il travailla au sein d’une équipe de recherche oeuvrant sur les enjeux relatifs aux travailleurs étrangers temporaires.

Outre sa pratique d’avocat, il participe présentement à un projet de recherche piloté par l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal portant sur les rapports collectifs de travail au sein d’entreprises transnationales dans le contexte d’accords de libre-échange.

Si Chen
Candidate au Doctorat en Droit Civil (D.C.L.), Faculté de droit, Université McGill 

Si Chen est candidate au doctorat à la Faculté de droit de l'Université McGill, sous la supervision de la professeure Adelle Blackett. Avant de commencer ses études de doctorat, elle a obtenu une maitrise en philosophie sur la théorie et la pratique des droits de l'homme à la Faculté de droit de l'Université d'Oslo. Parallèlement à son expérience en matière de recherche, elle possède une expérience de travail dans des institutions universitaires, des bureaux de consultants et des organisations internationales. Elle a fait un stage au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) en 2014 et a travaillé comme consultante pour le HCDH en 2015. Depuis qu'elle s'est jointe à l'Université McGill en tant qu'étudiante au doctorat, Si Chen est une membre active de la Faculté de droit. Elle a travaillé comme assistante de recherche, coorganisatrice d'une manifestation doctorale et chercheuse doctorante. Elle est chercheuse doctorale au Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail (CRIMT) et membre du comité de coordination des doctorants (octobre 2017 - octobre 2018). Elle est actuellement adjointe d’enseignement pour le cours Transnational Futures of International Labour Law - La justice sociale dans le monde du travail, un séminaire dirigé par la professeure Adelle Blackett (janvier à mai 2019) commémorant le centenaire de l’Organisation internationale du Travail. Pour ses études de doctorat, Si Chen se concentre sur la mise en œuvre des normes internationales du travail dans le contexte des investissements extérieurs de la Chine en Afrique australe. Plus généralement, elle s'intéresse à des sujets de recherche dans les domaines du droit international des droits de l'homme, du droit international du travail, ainsi que des droits des entreprises et des droits de l'homme.

Isabelle Deschamps
Candidate au Doctorat en Droit Civil (D.C.L.), Faculté de droit, Université McGill

Isabelle Deschamps poursuit son doctorat à l'Institut de droit comparé de l'Université McGill. Initialement supervisée par le regretté professeur Roderick A. Macdonald, la recherche d'Isabelle Deschamps est maintenant supervisée par la professeure Adelle Blackett.

Dans le cadre de ses recherches, Isabelle s'intéresse aux interactions entre la réforme du droit des affaires de l'Organization pour l'harmonisation en Afrique du droit des affaires, (OHADA), le monde des micro-entreprises dirigées par des femmes et le droit africain (en particulier celui de Bénin, de la Côte d'Ivoire et du Cameroun). Parallèlement à ses travaux de recherche, Isabelle est consultante auprès du Secrétariat de la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (CNUDCI - CNUDCI) et membre de la délégation canadienne au Groupe de travail I de la CNUDCI (micro, petites et moyennes entreprises - MPME).

Isabelle a été invitée à donner des conférences en Amérique, en Europe et en Afrique. Elle a également diverses publications à son crédit. Enfin, elle a fondé et continue de diriger une organisation à but non lucratif, Santé et Éducation Maintenant!, qui mène des projets de développement communautaire au Cameroun et au Bénin. Isabelle est titulaire d'un LL.B. de l'Université de Montréal (1999-2002), une maîtrise en relations internationales de l'Institut Ortega y Gasset - Université Complutense de Madrid (2004) et une maîtrise en droit de l'Université McGill (2012). Elle est également membre du Barreau du Québec (2005) et membre du Barreau d'Angleterre et du Pays de Galles (2008, avocate non pratiquante). Elle a travaillé comme avocate en litige commercial auprès d'une firme internationale à Montréal (2005-2007) et à Londres (2007-2009). Elle a également été assistante de recherche auprès des professeurs François Crépeau dans le cadre du cours de droit international public (2012) et de Catherine Walsh dans le cadre du séminaire International Business Law (2013).
 

Myriam Dumont-Robillard
Candidate au Doctorat en Droit Civil (D.C.L), Faculté de droit, Université McGill

Après avoir obtenu un BA, LL.B et LL.M à l'Université de Montréal, Myriam Dumont-Robillard poursuit maintenant son D.C.L. à l'Université McGill sous la supervision de la professeure Adelle Blackett. Elle s'intéresse par les justifications philosophiques le caractère temporaire ("temporariness") des régime contemporains de migration pour le travail.

Anciennement présidente de l'Association pour la défense des droits du personnel domestique, c'est l'implication de Myriam dans le secteur communautaire montréalais auprès des travailleuses domestiques et des aidantes à domicile qui a suscité son intérêt pour la recherche sur la réglementation du travail des travailleuses domestiques au pays et à l'étranger.

En 2015, elle a publié "L'accès à la justice pour les travailleuses domestiques migrantes: une illusion?" (Les Éditions Thémis), un ouvrage qui qui analyse les manières d'envisager le droit afin de garantir un réel accès à la justice pour les travailleuses domestiques migrantes. En s'attaquant d'abord aux obstacles systémiques qui font échec à la réglementation du secteur domestique à travers le monde, cette recherche démontre une inadéquation du droit traditionnel à la réalité des travailleuses par l'analyse des effets de la réglementation canadienne qui leur est applicable. L'auteure constate qu'une conceptualisation du droit basée sur le pluralisme juridique fournit aux travailleuses migrantes des solutions de rechange pour accéder à la justice.En plus de la relation entre le travail communautaire et la loi, Myriam s'intéresse par le droit du travail et l'OIT, les théories juridiques féministes, le droit international humanitaire, ainsi que le droit des migrants et des réfugiés.

Sydney Lang
Candidate au B.C.L/LL.B, Faculté de droit, Université McGill 

Sydney entame sa troisième année à la Faculté de droit de l'Université McGill. Ses intérêts académiques et son expérience d'organisation communautaire convergent autour des questions de travail, de genre et d'environnement. Au cours des cinq dernières années, Sydney s'est mobilisée autour des questions de responsabilité des entreprises, particulièrement pour revendiquer les activités de l'industrie minière Canadienne. En outre, elle a travaillé à la Mission pour les travailleurs migrants à Hong Kong en 2017, où elle a examiné les intersections du travail, de la migration, de la mondialisation et des soins. Elle est actuellement bénévole au Immigrant Workers 'Centre de Montréal et membre du Conseil des représentants de l'Association des employés de soutien des universités McGill (AMUSE).

Pascal McGougall
Harvard Law School, Université Harvard

Pascal McDougall est candidat au doctorat en droit (S.J.D.) à la Harvard Law School (2016-), où il travaille sous la supervision de la professeure Christine Desan. Il écrit sur le droit du travail, le droit et le développement et la théorie du droit privé. Pascal est titulaire d'une licence en droit de l'Université d'Ottawa (2011) et d'une maîtrise en droit de l'Université de Toronto (2013). Il a été auxiliaire juridique à la Cour suprême du Canada pour le juge Clément Gascon (2015-2016) et a travaillé comme avocat stagiaire à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) à Montréal (2014). Il est membre du Barreau du Québec, de l'Association des juristes progressistes et du Centre international de solidarité ouvrière. 

La thèse de Pascal analyse l’impact des lois du travail sur le développement économique. Il s’étend et s’appuie sur la tradition institutionnaliste juridique, selon laquelle les ensembles de relations juridiques que nous appelons contrat, propriété, argent et commerce peuvent être configurés de différentes façons avec des impacts distributifs variables, même dans des conditions de « concurrence parfaite ». La thèse examine comment l'utilisation des lois du travail pour une redistribution ambitieuse des revenus peut être rendue compatible avec le développement dans le cadre d'un paradigme de la croissance fondée sur les exportations. Le but ultime du projet est de révéler les « variétés de capitalisme » imprévues disponibles pour un pays disposé à tracer une voie de développement alternative et redistributive.

Liam McHugh-Russels
Candidat au Doctorat, Institut universitaire européen de Florence

Liam McHugh-Russell est candidat au doctorat à l'Institut universitaire européen de Florence, en Italie. Sa thèse est une généalogie et une critique des théories évolutionnistes du changement juridique qui ont informé et légitimé les pratiques de développement fondamentales de la Banque mondiale et de l'OCDE. Sa maîtrise en droit à McGill, sous la supervision d'Adelle Blackett, traitait des défis normatifs et conceptuels du droit du travail posés par l'économie informelle. Il est également membre d'un projet de recherche interdisciplinaire mondial sur l'entreprise en tant qu'entité politique. Il a contribué à des recherches sur la mondialisation et le droit international du travail en tant que consultant occasionnel à l'Organisation internationale du travail à Genève.

Emily Ann Painter - Coordonatrice scientifique du LLDRL
Candidate au B.C.L/LL.B, Faculté de droit, Université McGill 

Emily entame sa quatrième et dernière année à la Faculté de Droit de l'Université McGill. Tout au long de ses études en développement international à l'Université Queen's et maintenant en droit, Emily a travaillé avec des organismes communautaires à Cité Soleil, Haïti, à Salluit, Nunavik (Québec) et à Montréal, ainsi qu'avec des ONG internationales (Human Rights Watch, Avocats Sans Frontières) pour promouvoir l'accès à la justice pour les communautés marginalisées. Elle s'intéresse au droit du travail transnational et le développement, à la régularisation du travail décent pour les travailleurs tout au long des chaînes de production mondiales et aux projets de justice internationale menés par les communautés et visant le renforcement des capacités des communautés affectées. Elle apprécie toutes occasions d'interagir de façon critique et significative avec des questions relatives aux droit transnational du travail et aux droits humains.

Talia Ralph
Candidate au B.C.L/LL.B, Faculté de droit, Université McGill 

Talia Ralph entame sa troisième année à la Faculté de droit de McGill. Avant de poursuivre des études en droit, Talia était journaliste alimentaire et éditrice. Elle apporte ainsi plus de six années d'expérience en journalisme à son travail au Laboratoire de recherche sur le droit du travail et le développement. Talia prévoit utiliser son diplôme en droit pour faire avancer la protection des travailleurs dans l'industrie alimentaire et travailler au développement des pratiques durables à travers la chaîne alimentaire

Cassandra Richards
Candidate au B.C.L/LL.B, Faculté de droit, Université McGill 

Cassandra est une étudiante de troisième année à la faculté de droit de l'Université McGill. Passionnée par les droits de la personne, Cassandra a obtenu un B.H. en études des conflits et droits de la personne à l'Université d'Ottawa avant d'entamer ses études en droit. Deux objectifs fondamentaux continuent de guider son éducation et son travail dans le domaine des droits de l'homme: promouvoir l'accès à la justice et répondre aux besoins de la population locale. Cassandra consacre ainsi son temps à travailler dans des cliniques juridiques locales; elle assiste à la résolution des problèmes juridiques des personnes de sa communauté et veille à ce qu'elles reçoivent des informations claires et accessibles correspondant à leurs besoins et à leur situation spécifiques. À cette fin, Cassandra est bénévole à la clinique d’information juridique de McGill et a participé à l’établissement de la première clinique juridique du Centre-Sud de Montréal (CRIC). À l'été 2018, Cassandra a également travaillé comme étudiante en droit à Maliganik Tukisiniakvik, le service d'aide juridique d'Iqaluit. Cassandra travaille également comme assistante de recherche pour la professeur Adelle Blackett.

C'est depuis son stage à la Mission permanente du Canada auprès de l'Organisation des Nations Unies à Genève, en Suisse et sa participation à la conférence annuelle de l'Organisation internationale du Travail que Cassandra s'intéresse au droit du travail et à la justice sociale. Elle aime son travail au LLDRL et apprécie l'engagement du laboratoire en faveur de l'interdisciplinarité et de l'intersectionnalité aux niveaux micro et macro.

Comité consultatif

Prof Émérite Evance Kalula 
Comité de la liberté syndicale du BIT, Professeur émérite, Faculté de droit, Université de Cape Town 

Le Professeur Evance Kalula est un arbitre et médiateur accrédité et le Président du Comité de la liberté syndicale du Bureau international du travail. Retraité de l'Université de Cape Town en décembre 2017 après plus de 25 ans, le Dr. Evan Kalula était auparavant professeur émérite de droit du travail et de sécurité sociale, vice-doyen et directeur du Bureau international des programmes académiques (IAPO) et de l'Institut Confucius. De 2012 à 2015, il présida l'Association internationale des relations de travail et d'emploi de l'OIT. 

Auparavant, le Dr Evance Kalula siégeait à la Commission d'enquête de l'Organisation internationale du travail (OIT) sur les plaintes de non-respect par le Zimbabwe des conventions relatives à la liberté syndicale et à la négociation collective (2008 à 2010) et était président de la Commission des conditions d'emploi (2000-2011). Il a été consultant, expert et personne ressource auprès de diverses organisations internationales, agences gouvernementales et syndicats, dont le gouvernement zambien, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, le Secrétariat du Commonwealth, la Fédération internationale des travailleurs des transports, BP Africa, la SADC et le secteur du travail, et le ministère du Travail des États-Unis.
 

 


Prof. Paul Gérard Pougoue 
Faculté de droit, Université de Yaounde II

Paul Gérard Pougoue a obtenu son Doctorat en droit privé à l’Université de Bordeaux et a ensuite obtenu une Agrégation en droit privé et criminologie. Il est Professeur titulaire à la Faculté de Droit et vice-recteur à l'Université de Yaoundé II (Cameroun) et il occupe la Chaire UNESCO Droit, Éthique et Société à l'Université de Yaoundé II et à l'Université de Nantes.

Le professeur Pougoue a publié de nombreux ouvrages, y compris sur le droit du travail et  de la sécurité sociale au Cameroun, ainsi que sur les droits de la personne en Afrique, surtout francophone. Il a été consultant auprès de l'OIT pendant de nombreuses années. Il a récemment co-rédigé  une étude pour l'OIT portant sur les obstacles à l'application des principes et droits fondamentaux au travail au Cameroun. Plus récemment, il a dirigé un comité ministériel sur la réforme de la sécurité sociale au Cameroun.
 

 


Ms. Anne Trebilcock
Anciennement: Bureau des services juridiques, Bureau international du travail 

Mme Trebilcock a précédemment été conseillère juridique et directrice du bureau des services juridiques au Bureau International du Travail à Genève, Suisse. En tant que conseillère juridique, elle fut membre de l'équipe de direction du BIT et a participé au réseau des conseillers juridique des Nations Unies. Elle y a participé à la révision des documents de gouvernance interne et a conseillé l’Auditeur Interne, le Directeur   de développement des ressources humaines et le Comité des contrats sur  des questions de  procédures et de conduite. Elle a également intervenu  à titre de conseillère pédagogique au Centre de droit international, Université de Paris X Nanterre (CEDIN), pour un manuel sur le droit social international. En 2015, Anne Trebilcock et la professeure Adelle Blackett ont co-édité The Research Handbook on Transnational Labour Law

En 2010, Mme Trebilcock était chercheure invitée à la Faculté de droit de l'Université McGill et, en 2017, elle visitait à nouveau la Faculté de droit, cette fois pour le cycle des conférences de la LLDRL. Elle y a présenté une conférence sur les défis modernes auxquels fait face le droit du travail comparé.

Visiteurs

Il n'y a présentement aucun visiteur au laboratoire.

Anciens membres

  • Renz Ciron, B.C.L./LL.B. 2017, McGill
  • Hugo Collin-Desrosiers, B.C.L./LL.B. 2013, McGill
  • Susannah Dainow, B.C.L./LL.B. 2012, McGill
  • Thierry Galani Tiemeni, Boursier postdoctoral, 2017
  • Amanda Gibeault, B.C.L./LL.B. 2012, McGill - Coordonatrice scientifique
  • Adrienne Gibson, B.C.L./LL.B. 2008, McGill
  • Sarah Goldbaum, B.C.L./LL.B. 2011, McGill
  • Tatiana Gomez, B.C.L./LL.B. 2008, McGill
  • Kathleen Hadekel, B.C.L./LL.B. 2009, McGill
  • Alika Hendricks, B.C.L./ LL.B. 2009, McGill - Coordonatrice scientifique
  • Kathleen Kaufman, B.C.L./LL.B. 2010, McGill - Coordonatrice scientifique
  • Zobaida Khan, D.C.L. 2016, McGill
  • Gregory Ko, B.C.L./LL.B. 2010, McGill
  • Gabriela Medici, D.C.L. 2015, Université de Zurich - Graduate Research Trainee
  • Alice Mirlesse, B.C.L./LL.B. 2018, McGill
  • Gaël Pétillon, B.C.L./LL.B. 2009, McGill
  • Mark Phillips, B.C.L./LL.B. 2015, McGill
  • Marion Rebière, LL.M. 2015, McGill
  • Marie-Alice Remarais, B.C.L./LL.B. 2009, McGill
  • Mélyssa Rinaldo, LL.M. 2005, Université de La Rochelle
  • Juan Sebastian Rodriguez Alarcón, LL.M. 2015, McGill
  • Angela Slater, B.C.L./LL.B. 2015, McGill - Stagiaire LLDRL en droits humains internationaux 
  • Margaret Williams, Candidate au doctorat en éducation, McGill - Coordonatrice scientifique