Spring 2018 Convocations Honorary Degree Recipients

HEALTH SCIENCES

Tuesday, May 29, 10 a.m.

Doctor of Science, honoris causa
JOHN E. WENNBERG
B.A. (Stanford University), MD.CM (McGill University), M.D. – M.P.H. (John Hopkins University)

John “Jack” Wennberg is a pioneer in the field of health care delivery and health services research. He currently holds the title of the Peggy Y. Thomson Professor Emeritus in the Evaluative Clinical Sciences at the Geisel School of Medicine at Dartmouth College, and is also the Founder and Director Emeritus of the Dartmouth Institute for Health Policy and Clinical Practice

After receiving his medical degree from McGill University Dr. Wennberg continued his studies at John Hopkins University. Following research begun while serving as Director of the Northern New England Regional Medical Program in Vermont, he published a landmark paper in the academic journal Science entitled: “Small Area Variations in Health Care Delivery”. In it he compared medical treatments in very similar small towns in Vermont, USA and was surprised that the results revealed dramatically different surgery rates, despite the towns’ demographic homogeneity. He was able to demonstrate that the care a patient receives is largely determined by where they live — and not necessarily by what care is most appropriate.

Dr. Wennberg is the Founding Investigator of The Dartmouth Atlas of Health Care, a series of reports that examine the patterns of medical resource intensity and use in the United States. The Atlas project has also reported on patterns of end-of-life care, inequities in the Medicare reimbursement system, and the underuse of preventive care. This project has recently been replicated in the United Kingdom as the NHS Atlas of Variation in Healthcare.

In 2013 Dartmouth College awarded him their highest faculty honour by establishing The John E. Wennberg Distinguished Professorship for his countless accomplishments in the field of medicine

Doctorat ès sciences, honoris causa
JOHN E. WENNBERG
B. A. (Université Stanford), M. D., C.M. (Université McGill), M. D. – Maîtrise en santé publique (Université John Hopkins)

John « Jack » Wennberg, pionnier de la recherche sur la prestation des soins de santé et sur les services de santé, est le professeur émérite Peggy Y. Thomson en sciences cliniques évaluatives à l’École de médecine Geisel du Collège Dartmouth et le directeur émérite fondateur de l’Institut des politiques de la santé et de la pratique clinique de Dartmouth.

Après avoir obtenu son diplôme de médecine de l’Université McGill, il a poursuivi ses études à l’Université John Hopkins. S’appuyant sur les travaux de recherche qu’il avait amorcés à titre de directeur du Programme de médecine régionale du nord de la Nouvelle-Angleterre, au Vermont, le Dr Wennberg a publié un article phare dans la revue Science intitulé Small Area Variations in Health Care Delivery, où il comparait les traitements médicaux offerts dans des villes similaires du Vermont, aux États-Unis. Il a été surpris de constater la grande différence observée quant aux taux de chirurgie malgré l’homogénéité démographique de ces villes et a été en mesure de démontrer que les soins offerts varient grandement d’une localité à une autre, et ce, non nécessairement selon les besoins des patients.

Le Dr Wennberg est chercheur fondateur de la série de rapports intitulée The Dartmouth Atlas of Health Care, qui porte sur les modèles d’intensité et d’utilisation des ressources médicales aux États-Unis. Le projet Atlas a également porté sur les modèles de soins de fin de vie, les iniquités du système d’assurance maladie Medicare et la sous-utilisation des soins de santé préventifs. Ce projet a été reproduit au Royaume-Uni, où il s’intitule NHS Atlas of Variation in Healthcare.

En 2013, le Collège Dartmouth a décerné au Dr John Wennberg sa plus haute distinction honorifique en créant le titre de Professeur émérite John E. Wennberg, en reconnaissance de ses innombrables réalisations dans le domaine de la médecine.


CONTINUING STUDIES

Tuesday, May 29, 6 p.m.

Doctor of Science, honoris causa
ALICE MANNOR CHAN-YIP, F.R.C.P.C., F.A.A.P., C.M.
B.Sc. (University of Ottawa), MD.CM (McGill University)

B.Sc. (University of Ottawa), MD.CM (McGill University) Dr. Alice Mannor Chan-Yip was one of the first Chinese women to practice pediatrics in Montreal. In the 1970s she was invited to develop a half day pediatric clinic in the Chinese Community and promptly recognized significant inequity of health status among refugee children and youths as compared to those of mainstream Canadian families. The observed clinical evidences included children with high prevalence rate of nutritional iron deficiency anemia, nursing and dental caries as well as underweight and delayed growth. Embarking on clinical research led her to identify risk factors such as social isolation; lack of prenatal classes for Chinese-speaking families or family-centred child birth education. Simultaneously, she also identified low breast feeding rate, maternal fatigue and post-partum depression among Chinese women. While studying the data collected she was motivated to sensitize community leaders to support her grant-applications, and subsequently develop culturally appropriate health promotional and research projects in the community.

Dr. Chan-Yip was also aware of the importance of culturally appropriate psychosocial support and actively engaged with community organizers and action groups to apply for Federal and Provincial grants and eventually established the Chinese Family Services of Greater Montreal in 1986.

A great philanthropist and community leader, Dr. Chan-Yip supports many charitable organizations including the Canadian Red Cross, the Canadian Wildlife Federation, World Relief, UNICEF, and the Society for the Prevention of Cruelty to Animals, SPCA.

In tribute to her late husband Professor Gar Lam Yip, a distinguished member of the Faculty of Engineering, she initiated a fund raising campaign which succeeded in establishing endowments for annual prize awards in Electromagnetic Theory to the graduating class as well as post-graduate scholarships in the fields of fiber-optics and photonics and Summer Undergraduate Research Education Scholarship. The Gar Lam Yip Photonic and Guided Waves Laboratory at McGill University was named in memory of Professor Yip for his distinguished research at McGill and on the international stage.

She supports various endowments for prize awards and research scholarships at the McGill University Health Centre and in the Faculty of Medicine. More recently she helped establish a prize in Health and Social Services Management that supports adult learners in the School of Continuing Studies.

Through her tireless efforts in community engagement, clinical research and teaching at the McGill University Health Centre, and her involvement with the Canadian Pediatric Society, Dr. Chan-Yip has been instrumental in developing innovative and culturally appropriate programs. In recognition of her service to the community she has been recognized with awards including the Intercultural Prize of the Montreal Children’s Hospital and an Honor Award from the Chinese Family Service Centre of Greater Montreal for dedication to community health promotion. She is also the recipient of Certificate of Merit and the Inaugural Noni MacDonald Award given by the Canadian Pediatric Society, the latter recognizes an author whose work, published by The Journal of Pediatrics & Child Health, makes an important contribution to pediatric medicine.

In 2010, for her lifetime support to the community as a medical educator and philanthropist, Dr. Alice Mannor Chan-Yip was appointed a Member of the Order of Canada.

Doctorat ès sciences, honoris causa
ALICE MANNOR CHAN-YIP, C.M., FRCPC, FAAP, B. Sc. (Université d’Ottawa), M. D., C. M. (Université McGill)

Alice Mannor Chan-Yip a été l’une des premières femmes pédiatres d’origine chinoise à Montréal. Dans les années 1970, invitée à organiser une clinique pédiatrique d’une demi-journée au sein de la communauté chinoise, elle a rapidement constaté d’importantes iniquités quant à la santé des enfants et adolescents réfugiés comparativement à ceux des familles canadiennes. Parmi ses observations cliniques, notons une incidence élevée d’anémie ferriprive, de caries dentaires, de syndrome du biberon, d’insuffisance pondérale et de retard de croissance. Ses travaux de recherche clinique lui ont permis de déceler différents facteurs de risque, notamment l’isolement social ainsi que le manque de cours prénataux destinés aux familles sinophones et d’information sur la naissance axée sur les familles. Parallèlement, elle a constaté un faible taux d’allaitement, de même qu’une fréquence élevée de fatigue et de dépression postpartum chez les mères d’origine chinoise. Son analyse des données recueillies l’a amenée à convaincre les responsables communautaires d’appuyer ses demandes de subvention, ce qui lui a permis de mettre en œuvre des projets de recherche et de promotion de la santé adaptés à cette communauté.

Consciente de l’importance d’un soutien psychosocial culturellement approprié, elle s’est engagée activement en compagnie d’organisateurs et de groupes d’action communautaires pour déposer des demandes de subvention auprès des gouvernements provincial et fédéral, de sorte qu’en 1986, elle a fondé le Service à la famille chinoise du Grand Montréal.

Grande philanthrope et figure en vue dans la collectivité, la docteure Chan-Yip soutient de nombreux organismes de bienfaisance, notamment la Société canadienne de la Croix-Rouge, la Fédération canadienne de la faune, World Relief, l’UNICEF et la SPCA.

En hommage à son défunt mari, Gar Lam Yip, éminent professeur à la Faculté de génie, elle a lancé une campagne de financement ayant permis de constituer un fonds pour l’attribution de prix annuels dans le domaine de la théorie électromagnétique à l’intention des finissants, de bourses d’études aux cycles supérieurs en fibre optique et en photonique et d’une bourse estivale de recherche et d’enseignement destinée aux étudiants au premier cycle. Le Laboratoire de photonique et d’ondes guidées Gar Lam Yip (Département de génie électrique et informatique) a été nommé à la mémoire du professeur Yip pour l’excellence de son enseignement et de ses travaux de recherche à la Faculté, qui ont rayonné sur la scène internationale.

La docteure Chan-Yip soutient plusieurs fonds de dotation pour l’établissement de prix et de bourses de recherche au Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Tout récemment, elle a contribué à l’instauration d’un prix en gestion de la santé et des services sociaux en appui aux étudiants de l’École d’éducation permanente de McGill.

Par ses efforts inlassables au sein de la communauté, en recherche clinique et en enseignement au CUSM, et son engagement à la Société canadienne de pédiatrie (SCP), elle a joué un rôle déterminant dans la mise en œuvre de programmes novateurs et bien adaptés aux particularités culturelles. Elle a reçu de nombreuses distinctions pour son soutien à la collectivité, y compris le Prix interculturel de l’Hôpital de Montréal pour enfants et un prix d’excellence du Service à la famille chinoise du Grand Montréal pour son dévouement à la promotion de la santé communautaire. Elle a également reçu un Certificat de mérite et le tout premier

Prix Noni MacDonald de la SCP, décerné à un auteur dont les travaux, publiés dans la revue Pediatrics & Child Health, contribuent de façon importante à la pédiatrie.

En 2010, en reconnaissance de son engagement communautaire de longue date à titre de pédagogue en médecine et de philanthrope, la docteure Alice Mannor Chan-Yip a été élue Membre de l’Ordre du Canada.


ENGINEERING

Wednesday, May 30, 10 a.m.

Doctor of Science, honoris causa
ORNA BERRY
B.A. (Haifa University), M.A. (Tel Aviv University), Ph.D. (University of Southern California)

Scientist and businesswoman Orna Berry is the undisputed first lady of Israeli high tech and the first woman to serve as Chief Scientist Officer and Head of Research and Development at the Israeli Ministry of Industry and Trade.

With over 30 years of experience, Dr. Berry has held numerous positions in the Israeli science, technology and venture capital industries. In 2008, as Chairperson of the Israeli Venture Capital Funds Association along with 40 Israeli high-tech executives, she joined a project to invest in Israeli pre-seed startups – a first of its kind in the world. She later joined Dell EMC and was a key figure in the company’s expansion in Israel. During her tenure, Dell launched two new research and development centers in Be’er Sheva and Haifa. As a business entrepreneur, she co-founded ORNET Data Communication Technologies, later acquired by Siemens AG and was Research Fellow in UNISYS and IBM and Chief Scientist and Program Manager in Fibronics. She served as Chairman of the Board at PrimeSense, acquired later by Apple, and recently stepped down from her responsibilities as Vice-President and General Manager of the Center of Excellence for Dell EMC in Israel.

Orna Berry is the recipient of many honours and awards including, in 2017, the Trustee of Honor Award from the Academic College of Tel-Aviv-Yaffo for outstanding contributions to technology, science, and entrepreneurship. That same year she was awarded the Interdisciplinary Center in Herzliya (IDC) Honorary Fellow Award in recognition of her contributions to the college and to Israeli society. In 2014 she received the WITI Hall of Fame Award from Women in Technology International and in 2012 she was the recipient of the Yakirat Ha'Negev Award from Ben Gurion University, recognizing her technology achievements. In 2011 she was granted the Viterbi Award by the University of Southern California for her ability to integrate entrepreneurship with professional excellence.

An inspiring woman, Orna Berry has always demonstrated courage and ingenuity and is passionate about working to integrate more woman in the corporate and scientific worlds. To this end she volunteers with Woman2Woman, a program that creates opportunities for young women facing their first professional forays

Doctorat ès sciences, honoris causa
ORNA BERRY
B.A. (Université de Haïfa), M.A. (Université de Tel-Aviv), Ph. D. (Université de Californie du Sud)

Scientifique et femme d’affaires, Orna Berry s’est imposée comme la première dame de la haute technologie israélienne, et elle est la toute première femme à occuper le poste de scientifique en chef et directrice de la recherche et du développement au ministère israélien de l’Industrie et du Commerce. Possédant plus de 30 années d’expérience, elle a occupé de nombreux postes au sein des industries de la science, de la technologie et du capital de risque en Israël. En 2008, à titre de présidente de l’Association israélienne des fonds de capital de risque, Mme Berry a participé, en compagnie de 40 dirigeants de sociétés de technologie de pointe, à un projet d’investissement dans le préamorçage de jeunes pousses israéliennes – ce qui constituait une première mondiale.

Elle s’est ensuite jointe à Dell EMC, où elle a joué un rôle déterminant dans l’expansion de la société en Israël. Au cours de son mandat, Dell a ouvert deux nouveaux centres de recherche et développement, à Be’er Sheva et à Haïfa. À titre d’entrepreneure, Mme Berry a cofondé la société ORNET Data Communication Technologies, dont Siemens SA a ultérieurement fait l’acquisition, en plus d’œuvrer comme chargée de recherche chez UNISYS et IBM, puis comme scientifique en chef et directrice des programmes chez Fibronics. Elle a également présidé le conseil d’administration de PrimeSense, avant l’acquisition de cette dernière par Apple, et occupait jusqu’à récemment les fonctions de vice-présidente et directrice générale du Centre d’excellence de Dell EMC, en Israël.

Orna Berry a reçu de nombreux prix, dont, en 2017, le Prix d’excellence en gestion du Collège académique de Tel Aviv-Jaffa pour sa contribution exceptionnelle à la science, à la technologie et à l’entrepreneuriat. Cette même année, le Centre interdisciplinaire d’Herzliya lui a décerné le titre de membre honoraire pour souligner son apport remarquable au Collège et à la société israélienne. En 2014, elle a été intronisée au Temple de la renommée de WITI, une organisation qui rend hommage aux femmes qui se distinguent dans le domaine de la technologie à l’échelle mondiale. Deux ans plus tôt, la professeure Berry avait obtenu le Prix Yakirat Ha'Negev, remis par l’Université Ben Gourion, en reconnaissance de ses réalisations technologiques exceptionnelles. En 2011, l’Université de Californie du Sud lui a décerné le Prix Viterbi pour souligner sa capacité à associer l’excellence professionnelle à l’esprit d’entreprise.

Femme inspirante, Orna Berry a constamment fait montre de courage et d’ingéniosité, et elle œuvre ardemment à tenter d’amener plus de femmes à intégrer les milieux scientifiques et industriels. À cette fin, elle donne de son temps à Woman2Woman, un programme visant à soutenir les femmes qui font leur entrée dans le monde professionnel.


MUSIC

Wednesday, May 30, 3 p.m.

Doctor of Music, honoris causa
ZARIN MEHTA, C.M.F.C.A.

Educated as a chartered accountant in London, England, Zarin Mehta moved to Montreal in 1962 and worked at the accounting firm of Coopers and Lybrand where he later became partner.

A member of the Board of Directors of the Montreal Symphony Orchestra, Mr. Mehta assisted with the search for a new Managing Director. Unable to find the ideal candidate, he stepped in as Interim Director; in 1981 he was named Managing Director of the MSO. Motivated by his great love for music — his father was a violinist and co-founder of the Bombay Symphony Orchestra and his older brother, Zubin Mehta, is a world renowned orchestral conductor— and his financial and managerial acumen, he played a key role in the MSO’s development and success. Under his enlightened administration the orchestra experienced unprecedented financial stability and gained national and international recognition.

After close to a decade with the MSO, Mr. Mehta was named Executive Director of the Ravinia Festival, the oldest outdoor music festival in the United States, later becoming its President and CEO. In 2000 he was appointed Executive Director, and later President of the New York Philharmonic. For more than 12 years, Mr. Mehta was at the helm of one of the world’s leading musical institutions. He worked tirelessly to enhance labor relations as well as establish a record of grand and exotic tours for the Philharmonic, culminating with a singular visit to North Korea.

Following New York, and until his retirement in 2017, Mr. Mehta became Co-Executive Director of the Green Music Center (GMC) at Sonoma State University, a focal point for the arts and education in California.

Mr. Mehta’s passion for music is also evident in his life-long interest for young musicians. He was pivotal in the development of a Master’s Program in Arts Administration at Roosevelt University’s Chicago College of Performing Arts. He also established a summer program that allows young musicians, known as Zarin Mehta Fellows, from the Music Academy of the West to perform with the New York Philharmonic. This program is funded by donors and is in acknowledgement of Mr. Mehta’s lifetime nurturing of young talent.

Mr. Mehta has been awarded several academic distinctions and was appointed a member of the Order of Canada. In 2012, he was awarded the Outstanding Achievement Award from the Institution of Chartered Accountants in England and Wales.

Doctorat ès musique, honoris causa
ZARIN MEHTA, C.M.
F.C.A.

Zarin Mehta a obtenu son diplôme de comptable agréé à Londres, en Angleterre, avant de déménager à Montréal, en 1962, où il a travaillé au sein de la firme comptable Coopers & Lybrand, dont il est devenu associé par la suite.

Membre du conseil d’administration de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM), monsieur Mehta a collaboré à la recherche d’un nouveau directeur général. Devant l’impossibilité de trouver le candidat idéal, c’est lui qu’on a désigné comme directeur intérimaire. En 1981, il a été nommé au poste de directeur général de l’OSM. Motivé par son grand amour de la musique – son père était violoniste et cofondateur de l’Orchestre symphonique de Bombay, et son frère ainé, Zubin Mehta, est un chef d’orchestre de calibre mondial – ainsi que par son sens aigu de la finance et de la gestion, Zarin Mehta a joué un rôle clé dans le développement et la réussite de l’OSM. Sous sa gouverne éclairée, l’Orchestre a connu une stabilité financière sans précédent, en plus d’acquérir une renommée nationale et internationale.

Après un peu moins de dix années à l’OSM, monsieur Mehta a été nommé directeur général de Ravinia, le festival de musique extérieur le plus ancien des États-Unis, dont il est par la suite devenu le président et chef de la direction. En 2000, il a obtenu le poste de directeur général de l’Orchestre philharmonique de New York, dont il a par la suite assuré la présidence. Monsieur Mehta a été à la barre de cet orchestre parmi les plus prestigieux au monde durant plus de douze ans. Il a travaillé sans relâche afin d’améliorer les relations de travail, et, sous sa direction, le Philharmonique a effectué des tournées grandioses dans des contrées exotiques, qui ont culminé avec une visite hors du commun en Corée du Nord.

À la suite de son passage à New York et jusqu’à sa retraite, en 2017, Zarin Mehta a occupé le poste de codirecteur principal du Green Music Center (GMC), à l’Université d’État à Sonoma, une plaque tournante des arts et de l’enseignement en Californie.

Sa passion pour la musique se reflète également dans l’intérêt qu’il a porté aux jeunes talents tout au long de sa vie. Monsieur Mehta a joué un rôle déterminant dans la mise sur pied du programme de maîtrise en administration des arts du Collège des arts de la scène de l’Université Roosevelt, à Chicago. Il a également instauré un programme d’été permettant à de jeunes musiciens de la Music Academy of the West, appelés les « boursiers de Zarin Mehta », de jouer au sein de l’Orchestre philharmonique de New York. Ce programme financé par des donateurs est un hommage au dévouement dont a toujours fait preuve monsieur Mehta à l’endroit de la relève musicale.

Zarin Mehta a reçu plusieurs titres universitaires et a été élu Membre de l’Ordre du Canada. En 2012, il a reçu le Prix pour services insignes de l’Institut des comptables agréés d’Angleterre et du Pays de Galles.


MANAGEMENT

Thursday, May 31, 10 a.m.

Doctor of Laws, honoris causa
GERALD SHEFF
B.Arch. (McGill University), MBA (Harvard University)

Gerald Sheff has distinguished himself as a dynamic contributor to Canada’s corporate, educational and cultural sectors.

After graduating in 1964 from McGill University’s School of Architecture, he worked in London, England with the renowned architect Sir Basil Spence before returning to Montreal to participate in a number of important projects, including the British Pavilion at Expo ‘67. After earning an MBA from the Harvard Business School, he had a thirteen-year career in real estate development with the Cadillac Fairview Corporation in Toronto. In 1984, he co-founded Gluskin Sheff and Associates, one of Canada’s most successful investment firms.

A leader in the community, Mr. Sheff has been Chairman of the United Jewish Appeal and Director of the Ontario College of Art and Design. He currently serves on the Advisory Board of the Scotiabank Giller Prize and is a member of the Board of Trustees of the Canadian Centre of Architecture. In 2012 he was appointed a Lay Bencher of the Law Society of Upper Canada, now the Law Society of Ontario, where he serves on the Proceedings Authorization Committee which deals with all conduct and discipline matters of the Law Society.

Mr. Sheff has demonstrated a longstanding commitment to McGill University’s mission through his service as a Member of the Board of Governors. His support allowed for the creation of the Gerald Sheff Visiting Professorship in Architecture, an endowment that funds a visiting design professor focused on stimulating innovation and professional excellence through teaching, public speaking and research. In addition, Gluskin Sheff and Associates support the Gluskin Sheff Travelling Scholarships in Architecture.

Mr. Sheff and his wife Shanitha Kachan established the Gerald Sheff and Shanitha Kachan Charitable Foundation and have made major philanthropic gifts to the community, the arts and healthcare, culminating in a transformational gift to the Centre for Addiction and Mental Health, CAMH. The establishment of the Gerald Sheff and Shanitha Kachan Emergency Department will allow CAMH to improve the care they offer in a new state-of-the-art facility.

In 2011, the Royal Architecture Institute of Canada presented him with the Advocate for Architecture Award of Excellence as a testimony to his significant contributions and support for Canadian architecture.

An accomplished business leader and patron of the arts, Gerald Sheff’s corporate success and philanthropic engagement are exemplary and serve as an inspiration.

Doctorat en droit, honoris causa
GERALD SHEFF
B. Arch. (Université McGill), MBA (Université Harvard)

Gerald Sheff se distingue par sa contribution dynamique aux secteurs canadiens des affaires, de l’enseignement et de la culture.

Après avoir terminé en 1964 ses études à l’École d’architecture de l’Université McGill, M. Sheff a travaillé à Londres, en Angleterre, aux côtés de l’architecte de renom Sir Basil Spence, avant de revenir à Montréal pour prendre part à plusieurs projets d’envergure, notamment la conception du pavillon de la Grande-Bretagne d’Expo 67. Il a ensuite obtenu un MBA de la Harvard Business School, qui lui a ouvert la voie à une carrière de treize ans en développement immobilier pour Cadillac Fairview, à Toronto. En 1984, il a cofondé Gluskin Sheff & Associates, l’une des sociétés d’investissement les plus prospères du Canada.

Membre influent de la collectivité, M. Sheff a présidé la United Jewish Appeal et dirigé le Collège des arts et du design de l’Ontario. Il est également membre du comité consultatif du Prix Banque Scotia Giller et du conseil d’administration du Centre canadien d’architecture. En 2012, il a été nommé conseiller non juriste de la Société du barreau du Haut-Canada, maintenant le Barreau de l’Ontario, où il été membre du comité d’autorisation des instances qui traite des questions de conduite et de discipline du Barreau.

M. Sheff poursuit un engagement de longue date envers la mission de l’Université McGill, notamment à titre de membre du Conseil des gouverneurs. Son soutien a permis la création de la Chaire Gerald Sheff de professeur invité en architecture, un fonds de dotation destiné à financer la visite d’un professeur en design et axé sur la stimulation de l’innovation et de l’excellence professionnelle par l’enseignement, la tenue de conférences publiques et la recherche. En outre, Gluskin Sheff and Associates soutient le programme des bourses d’études à l’étranger en architecture Gluskin Sheff.

M. Sheff et son épouse, Shanitha Kachan, ont mis sur pied la Fondation de bienfaisance Gerald Sheff et Shanitha Kachan, et ont fait des dons philanthropiques importants à la collectivité, notamment dans les domaines des arts et des soins de santé, dont une aide financière magistrale ayant permis de transformer le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). La mise en place du Service d’urgence Gerald Sheff et Shanitha Kachan permettra au CAMH d’améliorer les soins offerts à ces nouvelles installations à la fine pointe de la technologie.

En 2011, l’Institut royal d’architecture du Canada a décerné à M. Sheff le Prix d’excellence Défenseur ou bienfaiteur de l’architecture, en reconnaissance de son apport et de son soutien exceptionnels à l’architecture au Canada.

Dirigeant d’entreprise accompli et grand défenseur des arts, Gerald Sheff a su se démarquer aussi bien par sa réussite en affaires que par son engagement philanthropique exemplaire, qui ont fait de lui une véritable source d’inspiration.


LAW

Thursday, May 31, 3 p.m.

Doctor of Laws, honoris causa
THE HONOURABLE JUANITA WESTMORELAND-TRAORÉ, O.Q.
L.L.L. (Université de Montréal), Doctorat d’État (Université Paris II)

The Honorable Juanita Westmoreland-Traoré is the first African Canadian appointed judge in the history of Quebec. She also holds the distinction of being the first African Canadian Dean of a Law School after her 1996 appointment as Dean of the University of Windsor’s Faculty of Law. In 2012 she retired from the Court of Quebec but sat as a supplementary judge until 2017. Westmoreland-Traoré earned a degree in law from the Université de Montréal and later a Doctorat d’État from the Université Paris II. During the 1970s, while practicing law part-time, she also taught at the Université de Montréal and later became one of the first faculty members in the Département des sciences juridiques of the Université du Québec à Montréal.

She laboured tirelessly in the public sector as a board member of the Office de protection des consommateurs du Québec, as a Canadian Human Rights Commissioner, and as the first Chair of Quebec’s Conseil des communautés culturelles et de l’immigration. Her influence extended to Ontario, where she served as the first Employment Equity Commissioner, and internationally, through her role on the Board of the South Africa Education Trust Fund, on several observer missions to Haiti and as legal counsel to that country’s Commission de justice et vérité.

Westmoreland-Traoré has a long history of service to the community in particular with Centraide of Montréal, La ligue des droits, the Congress of Black Women of Canada, and the Women’s Legal Action and Defense Fund. She was a Board member of the Canadian Chapter of the International Association of Women Judges and a co-chair of the Equality and Diversity Committee of the Canadian Association of Provincial Court Judges.

An officer of the Ordre national du Québec, she is also the recipient of numerous awards: the 2008 Rights and Freedoms Prize from the Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse on the occasion of the 60th Anniversary of the Universal Declaration of Human Rights, the Touchstones Award from the Canadian Bar Association and the Prix Christine-Tourigny from the Barreau du Québec. She received the Luminary Award from the University of the West Indies and the Viola Desmond Award from the University of Ryerson.

In March 2013, the Département des sciences juridiques of the Université du Québec à Montréal, established The Juanita Westmoreland-Traoré Scholarship. This award is presented annually to an undergraduate law student who uses their training to promote human rights, social justice and equality for Aboriginal peoples or racial minorities.

Doctorat en droit, honoris causa
L'HONORABLE JUANITA WESTMORELAND-TRAOR´E, O.Q.L
L.L. L. (Université de Montréal), Doctorat d’État (Université Paris II)

L’honorable Juanita Westmoreland-Traoré est la première Canadienne d’origine africaine nommée juge au Québec et à avoir dirigé une école de droit, après sa nomination, en 1996, au poste de doyenne de la Faculté de droit de l’Université de Windsor. En 2012, elle a pris sa retraite de la Cour du Québec, où elle a siégé à titre de juge supplémentaire jusqu’en 2017. Mme Westmoreland-Traoré a obtenu un diplôme en droit de l’Université de Montréal, puis un doctorat d’État de l’Université Paris II. Dans les années 1970, elle a pratiqué le droit à temps partiel, occupant également un poste d’enseignante à l’Université de Montréal, avant de devenir l’un des tout premiers membres du corps professoral au Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal, UQAM.

Elle a travaillé sans relâche dans le secteur public à titre membre du conseil d’administration de l’Office de protection des consommateurs du Québec, de commissaire aux droits de la personne du Canada et de la toute première présidente du Conseil des communautés culturelles et de l’immigration du Québec. Son influence a rayonné jusqu’en Ontario, où elle est devenue la première commissaire à l’équité en matière d’emploi de l’Ontario, ainsi que sur la scène internationale, par son rôle au Conseil de la Fondation pour l’éducation en Afrique du Sud, au cours de plusieurs missions d’observation en Haïti ainsi qu’en tant que conseillère juridique auprès de la Commission de justice et vérité de ce pays.

Mme Westmoreland-Traoré a consacré de nombreuses années au service de la collectivité, tout particulièrement à Centraide de Montréal, à la Ligue des droits et libertés, au Congrès de femmes noires du Canada et au Fonds d’action et d’éducation juridique pour les femmes. Elle a également été membre du conseil d’administration de la section canadienne de l’Association internationale des femmes juges et coprésidente du Comité sur l’égalité et la diversité de l’Association canadienne des juges des cours provinciales.

Officière de l’Ordre national du Québec, Mme Westmoreland-Traoré a reçu de nombreuses distinctions : le Prix droits et Libertés 2008 (Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse), décerné à l’occasion du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme; le Prix « Les assises » (Association du Barreau Canadien); et le Mérite Christine-Tourigny (Barreau du Québec). Elle a également reçu le Prix Luminary (Université des Antilles Occidentales) et le Prix Viola Desmond (Université de Ryerson).

En mars 2013, le Département des sciences juridiques de l’UQAM a fondé la Bourse Juanita Westmoreland-Traoré, décernée chaque année à un étudiant en droit au premier cycle qui utilise sa formation juridique pour faire la promotion des droits de la personne, de la justice sociale et de l’égalité au bénéfice des populations autochtones et ratissées.


SCIENCE

Friday, June 1, 10 a.m.

Doctor of Science, honoris causa
MARIA KLAWE
B.Sc., Ph.D. (University of Alberta)

Computer scientist and scholar, Dr. Maria Klawe is the President of Harvey Mudd College, a private liberal arts college in the United States and a pioneer and innovator in the teaching of science and engineering. Appointed as President in 2006, she is the first woman to hold that position since the College was founded in 1955.

Prior to that, Dr. Klawe was Dean of the School of Engineering and Applied Science and Professor of Computer Science at Princeton University. She joined Princeton from the University of British Columbia where she served in a variety of positions: Dean of Science, Vice-President of Student and Academic Services and Head of the Department of Computer Science. She also spent eight years with IBM Research in California, and two years at the University of Toronto prior to arriving at UBC.

With an extraordinary record of research, education, and service both in Canada, the United States, and internationally, Dr. Klawe’s achievements span academic, professional and industry leadership roles, both in science and in engineering. She has made extensive contributions in mathematics and computer science, including functional analysis, discrete mathematics, theoretical computer science, human-computer interaction, gender issues in information technology and interactive-multimedia for mathematics education. Her current research focuses on discrete mathematics.

In 2014 Dr. Klawe was the recipient of the Women of Vision ABIE Award for Leadership and was ranked 17th on Fortune’s 2014 list of the World’s 50 Greatest Leaders. In 2015 she was honored with the Lifetime Achievement Award from the Canadian Association of Computer Science and the Achievement Award from the American Association of University Women, and was inducted into the U.S. News STEM Solutions Leadership Hall of Fame. In 2016 she was awarded the Distinguished Service Award from the Computing Research Association for a lifetime of accomplishments as an academic leader and for a vision that has strengthened the discipline of computer science and engineering establishing new norms and policies to increase the percentage of women and minorities in those fields.

In 2017 Maria Klawe was awarded the Academic Leadership Award from the Carnegie Corporation of New York. The award recognizes educators who demonstrate vision and commitment to excellence in undergraduate education, the liberal arts, equal opportunity, the development of major interdisciplinary programs, international engagement and the promotion of strong ties between their institutions and local communities.

Doctorat ès sciences, honoris causa
MARIA KLAWE
B. Sc., Ph. D. (Université de l’Alberta)

La chercheuse et informaticienne Maria Klawe est une pionnière de l’enseignement des sciences et du génie. Depuis 2006, elle est la présidente du Collège Harvey Mudd, un établissement voué à l’enseignement des arts libéraux aux États-Unis, et la toute première femme à la tête de ce collège privé depuis sa fondation, en 1955.

Auparavant, elle a été doyenne de l’École de génie et de sciences appliquées et professeure d’informatique à l’Université Princeton, a occupé divers postes à l’Université de la Colombie-Britannique : doyenne de la Faculté des sciences, vice-présidente des Services aux étudiants et de soutien aux études et chef du Département d’informatique, et a également œuvré huit ans au laboratoire de recherche d’IBM, en Californie, et deux ans à l’Université de Toronto.

Forte d’un parcours exceptionnel en matière de recherche, d’enseignement et de service au Canada, aux États-Unis et sur la scène internationale, la Pre Klawe compte de nombreuses réalisations dans les différents postes de direction qu’elle a occupés dans les secteurs universitaire, professionnel et privé, tant en sciences qu’en génie. Elle a également contribué de façon remarquable à plusieurs branches des mathématiques et de l’informatique, notamment l’analyse fonctionnelle, les mathématiques discrètes, l’informatique théorique, l’interaction humain-ordinateur, les questions liées au genre dans les technologies de l’information et les outils multimédias interactifs dans l’enseignement des mathématiques. Ses travaux de recherche actuels portent sur les mathématiques discrètes.

En 2014, la Pre Klawe a obtenu le Prix Leadership pour femmes visionnaires de l’Institut Anita-Borg et occupait le 17e rang au classement annuel des 50 plus grands leaders au monde du magazine Fortune. L’année suivante, elle a reçu le Prix d’excellence pour l’ensemble de ses réalisations d’Info-Can ainsi que le Prix d’excellence de l’American Association of University Women, et elle a été intronisée au Temple de la renommée Leadership de U.S. News STEM Solutions. En 2016, elle a obtenu le Prix de reconnaissance pour services exceptionnels de la Computing Research Association pour l’ensemble de ses réalisations comme éminente universitaire et pour sa vision venue enrichir la discipline de l’informatique et du génie par l’établissement de normes et de politiques permettant à une plus grande proportion de femmes et de membres de minorités d’y accéder.

En 2017, Maria Klawe a reçu le Prix du leadership pédagogique de la Corporation Carnegie de New York, décerné à des enseignants visionnaires voués à l’excellence de l’enseignement au premier cycle, à la valorisation des arts libéraux, à l’égalité des chances, à la création d’importants programmes interdisciplinaires, au rayonnement international et au resserrement des liens entre leur établissement et les collectivités locales.


SCIENCE

Friday, June 1, 3 p.m.

Doctor of Science, honoris causa
ELI YABLONOVITCH, F.N.A.S., F.N.A.E., F.A.A.A.S., M.R.S
B.Sc. (McGill University), A.M., Ph.D. (Harvard University)

Professor Eli Yablonovitch is an American physicist with a profound understanding of the principles of engineering and a keen interest in translating these concepts into practical applications that address real societal issues.

Photonics is the science of using light to generate energy, detect or transmit information. It involves the cutting-edge use of lasers, optics, fiber-optics and other devices in numerous and diverse fields. Professor Yablonovitch is regarded as the Father of the Photonic BandGap concept and together with his team was the first to create a 3-dimensional structure that exhibited a full photonic bandgap, which is sometimes referred to as “Yablonovite.”

In 1987, together with Sajeev John, he founded the entirely new research field known as "photonic crystals”. Photonic crystals caused a true paradigm-shift because of their ability to control the flow of light to an extent that was up to then unthinkable. As a result, “photonic crystals” are now part of the vocabulary of physics, and are being used every day in the Data Centers upon which we all rely. A key theme throughout Professor Yablonovitch’s work has been the problem of solar cell efficiency. He introduced the (4n squared) factor that describes light-trapping phenomena. This factor also referred to as the “Yablonovitch Limit” is now used worldwide in almost all commercial solar panels.

This distinguished scientist has been awarded numerous recognitions for his work among which are The Edison Medal of the IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers), The Isaac Newton Medal of the United Kingdom Institute of Physics, The Buckley Prize of the American Physical Society, the IEEE W.R. Cherry Solar Cell Award, The Rank Prize (UK), The Harvey Prize (Israel), the IEEE Photonics Award, the IET Mountbatten Medal (UK), The Julius Springer Prize (Germany), The R.W. Wood Prize, The W. Streifer Scientific Achievement Award, and The Adolf Lomb Medal.

Eli Yablonovitch is Director of the NSF Center for Energy Efficient Electronics Science (E3S), a multi-University Center headquartered at the University of California, Berkeley and is also Professor of Electrical Engineering and Computer Sciences at the University of California, Berkeley, where he holds the James & Katherine Lau Chair in Engineering.

Doctorat ès sciences, honoris causa
ELI YABLONOVITCH, F.N.A.S., F.N.A.E., F.A.A.A.S., F.N.A.I., For.M.Roy.Soc.
B. Sc. (Université McGill), A.M., Ph. D. (Université Harvard)

Le Pr Eli Yablonovitch est un physicien américain qui possède une profonde compréhension des principes d’ingénierie et qui s’intéresse à leur transposition en applications pratiques destinées à régler de réels enjeux sociétaux.

La photonique, qui porte sur l’utilisation de la lumière pour produire de l’énergie et détecter ou transmettre de l’information, fait appel à des techniques de pointe reposant sur l’emploi de lasers, de l’optique, de fibres optiques et d’autres appareils dans de nombreuses disciplines. Le professeur Yablonovitch, considéré comme le père du concept de la bande interdite photonique, a été le premier, assisté de son équipe, à créer une structure tridimensionnelle constituant une bande interdite photonique complète : la Yablonovite.

En 1987, il s’est associé à Sajeev John pour créer un tout nouveau domaine de recherche : les cristaux photoniques, qui ont constitué un véritable changement de paradigme en raison de leur capacité de contrôler le flux de lumière dans une mesure qui était jusqu’alors inimaginable. Par conséquent, les cristaux photoniques ont désormais intégré le vocabulaire de la physique et sont employés au quotidien dans nos centres de données essentiels. Le problème de rendement des piles solaires est au cœur des travaux menés par le professeur Yablonovitch. Il a introduit le facteur (4n2) décrivant les phénomènes de confinement de la lumière. Ce facteur, la « limite de Yablonovitch », est utilisé dans la presque totalité des panneaux solaires vendus dans le monde.

L’éminent scientifique a obtenu de nombreuses distinctions en reconnaissance de son travail, notamment la médaille Edison de l’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers), la médaille Isaac Newton de l’Institut de physique du Royaume-Uni, le Prix Buckley de la Société américaine de physique, le Prix W. R. Cherry de l’IEEE pour sa contribution à l’évolution des piles solaires, le Prix Rank (au R.-U.), le Prix Harvey (en Israël), le prix de l’IEEE pour sa contribution à la photonique, la médaille Mountbatten de l’IET (au R.-U.), le Prix Julius Springer (en Allemagne), le Prix R. W. Wood, le Prix W. Streifer pour ses réalisations scientifiques et la médaille Adolf Lomb.

Eli Yablonovitch est Directeur du NSF Center for Energy Efficient Electronics Science (E3S), un centre multiuniversitaire établi à l’Université de Californie à Berkeley, il y occupe un poste de professeur de génie électrique et d’informatique et est titulaire de la Chaire James et Katherine Lau en génie


ARTS

Monday, June 4, 10 a.m.

Doctor of Letters, honoris causa
DANY LAFERRIÈRE, O.C., O.Q.

Academic, writer, and poet, Dany Laferrière was born in Haiti. He was raised in Petit-Goâve, one of the oldest cities in that island nation located on its western point.

After the assassination of his close friend Gasner Raymond in 1976, Mr. Laferrière moved to Canada. His first novel Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer, was according to an article in The Guardian, a sly incendiary provocation on interracial relations that became a succès de scandale. The novel, later adapted into a screenplay by Laferrière and Richard Sadler, was nominated for best adapted screenplay at the 11th annual Genie Awards by the Academy of Canadian Cinema and Television.

In 2009, Laferrière won the prestigious Prix Médicis and the Grand Prix du Livre in Montreal for his 11th novel L'énigme du retour as well as the Prix international de littérature awarded by the Maison des cultures du monde. This narrative in the novel, that follows his journey home after 33 years when he learning of his father’s death, blurs the line between prose and poetry and is a meditation on loss and exile.

On December 12, 2013, Mr. Laferrière was elected to the Académie française, to the seat vacated by Hector Bianciotti, becoming the first Haitian, the first Canadian and the first Quebecer to receive this great distinction. The following year, Mr. Laferrière was appointed officer of the National Ordre du Québec and in 2015, was awarded the Order of Canada with the grade of Officer. Mr. Laferrière was also named by the government of France Commander of the Légion d’honneur and Commandeur des Arts et des Lettres.
Admired the world over, Dany Laferrière has published 30 books, which have been translated into 15 languages including English, Chinese, Japanese, Korean, German and Polish

Doctorat ès lettres, honoris causa
DANY LAFERRIÈRE, O.C., O.Q.

Né à Haïti, académicien, écrivain et poète Dany Laferrière a grandi à Petit-Goâve, l’une des plus anciennes villes de cette nation insulaire, située sur la pointe ouest de l’île.
À la suite de l’assassinat de son ami intime Gasner Raymond, en 1976, M. Laferrière arrive précipitamment à Montréal. Son premier roman, Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer, qualifié d’habile provocation incendiaire sur les relations interraciales par le journal The Guardian, est devenu un succès à scandale. Assisté de Richard Sadler, M. Laferrière décide ensuite de porter son œuvre au grand écran, lui valant une nomination au prix de la meilleure adaptation cinématographique à l’occasion de la 11e édition annuelle du gala des prix Génie de l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision.

En 2009, Dany Laferrière a remporté le prestigieux prix Médicis et le Grand Prix du livre de Montréal pour son onzième roman, L’énigme du retour, de même que le Prix international de littérature, décerné par la Maison des cultures du monde. Par ce roman à mi-chemin entre la prose et la poésie racontant le périple d’un homme qui, à la mort de son père, revient fouler le sol natal 33 ans après l’avoir quitté, l’auteur nous invite à la méditation sur la perte et l’exil.

Le 12 décembre 2013, M. Laferrière a été élu à l’Académie française pour occuper le fauteuil laissé vacant par Hector Bianciotti, devenant ainsi le tout premier Haïtien, Canadien et Québécois à recevoir cet insigne honneur. L’année suivante, il a été nommé officier de l’Ordre national du Québec, puis, en 2015, on lui a décerné le titre d’officier de l’Ordre du Canada. En France, M. Laferrière a été nommé commandeur de la Légion d’honneur et commandeur des Arts et des Lettres

L’œuvre de Dany Laferrière – composée de trente ouvrages traduits en quinze langues, dont l’anglais, le chinois, le japonais, le coréen, l’allemand et le polonais – rayonne aux quatre coins du monde.

 

ARTS

Monday, June 4, 3 p.m.

Doctor of Laws, honoris causa
MONIQUE JÉRÔME FORGET, C.M., O.Q.
 
B.A., Ph.D. (McGill University) 

Monique Jérôme-Forget embodies the ideals of public service. Throughout her life she has been a dedicated civil servant, politician, academic and mentor whose career in provincial and federal politics has gained her immense respect.

After completing her undergraduate and doctoral studies at McGill University, she practiced psychology before taking her first steps in the world of politics. Among her many elected appointments and positions was Member of Quebec’s National Assembly, Minister of Government Services and the first woman to serve simultaneously as President of Quebec’s Treasury Board and Minister of Finance.

She has remained an active force in public policy affairs publishing extensively on questions of finance, and is the author of Les femmes au secours de l’économie: pour en finir avec le plafond de verre, a candid assessment of the need for more women in the highest spheres of power. Ms. Jérôme-Forget devotes significant time and energy to numerous non-profit community, cultural, medical and educational organizations, among them the Organisation for Economic Co-operation and Development, the McCord Museum and the Stewart Museum in Montreal, the Fondation du CHUM, the Clinical Research Institute of Montreal, Montreal’s Institute for Research on Public Policy and The Bank of Canada.

For her many contributions to public service Monique Jérôme-Forget was appointed Officer of the Ordre national du Québec in 2013 and Member of the Order of Canada in 2015.

Doctorat en droit, honoris causa
MONIQUE JÉRÔME FORGET, C.M., O.Q.
B. A., Ph. D. (McGill University)

Monique Jérôme-Forget incarne les idéaux du service public. Tout au long de sa carrière, elle a été inlassablement dévouée à titre de fonctionnaire, de politicienne, d’universitaire et de mentor. Son engagement en politique provinciale et fédérale lui a d’ailleurs valu un respect immense.

Après avoir obtenu un baccalauréat et un doctorat de l’Université McGill, elle a pratiqué la psychologie avant

elle a notamment été députée à l’Assemblée nationale du Québec, ministre des Services gouvernementaux et la toute première femme à occuper simultanément les postes de présidente du Conseil du Trésor et de ministre des Finances.

Elle est demeurée une force active dans le domaine des affaires publiques, publiant de nombreux articles sur des questions financières, et elle est l’auteure de l’essai intitulé Les femmes au secours de l’économie : pour en finir avec le plafond de verre, dans lequel elle défend l’accession d’un nombre accru de femmes aux plus hautes sphères du pouvoir. Mme Jérôme-Forget consacre beaucoup de temps et d’énergie à plusieurs organisations communautaires, culturelles, médicales et éducatives sans but lucratif, notamment l’Organisation de coopération et de développement, les musées McCord et Stuart, à Montréal, la Fondation du CHUM, l’Institut de recherches cliniques de Montréal, l’Institut de recherche en politiques publiques de Montréal et la Banque du Canada.

En reconnaissance de son importante contribution au service public, elle a été nommée officière de l’Ordre national du Québec en 2013 et membre de l’Ordre du Canada en 2015.


ARTS

Tuesday, June 5, 10 a.m.

Doctor of Laws, honoris causa
HILLEL C. NEUER
 
B.A. (Concordia University), B.C.L./LL.B. (McGill University), LL.M. (Hebrew University) 

McGill alumni Hillel Neuer is an international lawyer, writer, and the Executive Director of UN Watch, a human rights NGO that supports the just and apolitical application of the values and principles of the United Nations Charter.

Prior to joining UN Watch, he practiced commercial and civil rights litigation at the international law firm of Paul, Weiss, Rifkind, Wharton & Garrison LLP, where he represented high profile individuals and corporations. Active as a defender of human rights, he challenged the New York State prison system in Reynolds v. Goord, a precedent-setting First Amendment case for prisoners’ rights and freedom of religion, published in the AIDS Litigation Digest. Mr. Neuer was cited for the high quality of his pro bono advocacy by the United States Federal Court, as reported in the New York Law Journal. In Hines v. Widnall, he challenged the United States Air Force as an advocate for African-Americans claiming a pattern and practice of racial discrimination in hiring and promotions. As an international lawyer, he helped five Bulgarian nurses win a major case in their torture complaint against Libya, Nenova et al. v. Libya, before the United Nations Human Rights Committee.

Mr. Neuer has testified regularly before the United Nations Human Rights Council on behalf of victims in Darfur, China, Russia, and Venezuela, and the cause of peace in the Middle East. He has been an innovator at the UN in creating global platforms for courageous dissidents and champions of human rights from around the world. As founder and chair of the annual Geneva Summit for Human Rights and Democracy, he leads a cross-regional coalition of 25 non-governmental organizations that, over the past decade, have successfully placed an international spotlight on urgent human rights situations.

An expert on UN and human rights issues, Mr. Neuer has been quoted by the New York Times, Die Welt, and Le Monde, and has appeared in debates on CNN, BBC, and Al Jazeera. U.S. Congressman Howard Berman, speaking as Ranking Member in the House Foreign Affairs Committee, described him as “one of the strongest and most informed critics of the UN Human Rights Council.”

The Honourable Irwin Cotler, human rights advocate and lawyer, has said that “if you want to pursue justice, you must feel the injustice around you.” Hillel Neuer lives by those words and has been a voice for those without one. UN Watch has been a lone voice for truth and for justice both at the “Parliament of Man” and in the international media. Admired for his achievements, the City of Chicago declared September 15, 2016 to be “Hillel Neuer Day.”

Doctorat en droit, honoris causa
HILLEL C. NEUER
B. A. (Université Concordia), B. C. L./LL. B. (Université McGill), LL. M. (Université hébraïque de Jérusalem)

Diplômé de McGill, Hillel Neuer est un avocat international, écrivain et directeur général de UN Watch, une ONG de défense des droits de la personne chargée d’appuyer l’application juste et apolitique des valeurs et des principes de la Charte de l’ONU.

Avant de se joindre à UN Watch, il a pratiqué le litige civil et commercial au sein du cabinet d’avocats international Paul, Weiss, Rifkind, Wharton & Garrison LLP, où il a représenté des particuliers et des entreprises célèbres. Défenseur des droits de la personne, M. Neuer a défié le système carcéral de l’État de New York dans l’affaire Reynolds contre Goord, un cas qui a fait jurisprudence en matière de droits des prisonniers et de liberté de religion (publié dans la revue AIDS Litigation Digest). La Cour fédérale des États-Unis a salué la grande qualité des services bénévoles offerts par monsieur Neuer (New York Law Journal). Dans l’affaire Hines contre Widnall, il a représenté un groupe d’Afro-Américains qui jugeaient discriminatoires les pratiques des Forces aériennes des États-Unis en matière d’embauche et de promotion. À titre d’avocat international, il a aidé cinq infirmières bulgares victimes de torture en Libye à remporter une cause majeure devant le Comité des droits de l’homme des Nations unies.

M. Neuer a dû régulièrement témoigner devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies au nom des victimes du Darfour, de la Chine, de la Russie et du Venezuela, et pour défendre la cause de la paix au Moyen-Orient. Il a su innover au sein de l’ONU par la création de plateformes mondiales à l’intention des courageux dissidents et des militants pour les droits de la personne aux quatre coins du monde. Président fondateur du Sommet de Genève pour les droits humains et la démocratie, il dirige une coalition interrégionale formée de 25 organisations non gouvernementales qui, depuis dix ans, sont parvenues à attirer l’attention du monde sur des situations urgentes.

Expert de l’ONU et des droits de la personne, monsieur Neuer a été cité par le New York Times, Die Welt et Le Monde, et il a pris part à des débats sur les ondes de CNN, de la BBC et d’Al Jazeera. Howard Berman, membre du Congrès des États-Unis qui s’exprimait en sa qualité de membre de haut rang de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, l’a décrit comme « l’un des critiques les plus solides et les mieux informés au sein du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ».

L’honorable Irwin Cotler, avocat et défenseur des droits de la personne, a mentionné que « pour servir les intérêts de la justice, il faut d’abord reconnaître l’injustice ». Or, Hillel Neuer vit en accord avec ce principe, donnant une voix à ceux qui n’en ont pas. UN Watch s’est fait le défenseur de la vérité et de la justice au Parlement de l’humanité ainsi que dans les médias du monde entier. Pour rendre hommage à ses réalisations exceptionnelles, la Ville de Chicago a déclaré le 15 septembre 2016 la Journée Hillel Neuer.


EDUCATION

Tuesday, June 5, 3 p.m.

Doctor of Science, honoris causa
PETER SALOVEY, F.A.A.A.S.
A.B., A.M. (Stanford University), M.S., M.Phil., Ph.D. (Yale University)

A social psychologist and celebrated scholar, Dr. Peter Salovey is the 23rd President of Yale University and the Chris Argyris Professor of Psychology. He also holds secondary faculty appointments at Yale in the Schools of Management and Public Health, the Institution for Social and Policy Studies, and the Sociology Department.

For more than three decades, Dr. Salovey has combined excellence in scholarship with a commitment to outstanding university leadership. An innovative and prolific scientist, he has authored or edited more than a dozen books, which have been translated into eleven languages, and published hundreds of journal articles and essays focusing on human emotions and health behaviours. Along with John Mayer and others, he transformed our understanding of emotions and the human psyche by pioneering and developing the broad framework of “emotional intelligence.” This theory refers to how people understand their own emotions and what they do with them. The concept has crossed over from academic circles into the popular arena where it can be seen on best-seller lists and heard on daytime radio shows.

Dr. Salovey is the founder and former director of the Health, Emotion and Behavior Laboratory, which has now become the Yale Center for Emotional Intelligence. The Center conducts research on the psychological significance and function of human moods and emotions.

At Yale University, he has dedicated himself to mentoring and assisting in the career development of young faculty members, as well as fostering diversity in the university, promoting academic integrity, and legislating against sexual misconduct. He has overseen the expansion of Yale’s undergraduate student body and the development of new academic priorities emphasizing science for the coming decades.

In addition to teaching and mentoring scores of graduate students, Dr. Salovey has won two of Yale’s most prestigious teaching awards: the William Clyde DeVane Medal for Distinguished Scholarship and Teaching in Yale College and the Lex Hixon ’63 Prize for Teaching Excellence in the Social Sciences.

In 2013, Peter Salovey was elected to the American Academy of Arts and Sciences and to the National Academy of Medicine.

Doctorat ès sciences, honoris causa
PETER SALOVEY, F.A.A.A.S. A. B., A. M. (Université Stanford),
M. S., M. Phil., Ph. D. (Université Yale)

Psychologue social et éminent chercheur, Peter Salovey est le 23e président de l’Université Yale, où il détient le titre de professeur Chris Argyris en psychologie, ainsi que d’autres postes aux écoles de gestion et de santé publique, à l’Institut d’études sociales et sur les politiques et au Département de sociologie.

Durant plus de trente ans, le professeur Salovey a su maintenir l’excellence de ses travaux de recherche tout en assurant un leadership universitaire exceptionnel. Scientifique novateur et prolifique, il a écrit ou publié plus d’une douzaine d’ouvrages, traduits en onze langues, et des centaines d’articles de revue et d’essais sur les émotions humaines et les comportements liés à la santé. En compagnie notamment de John Mayer, il a transformé notre compréhension des émotions et du psychisme humain par ses travaux révolutionnaires ayant défini le concept général de l’intelligence émotionnelle, soit la façon dont les gens comprennent leurs émotions et y répondent. Au fil des ans, ce concept a fait son chemin au sein de la population, faisant désormais partie des listes des meilleurs vendeurs en librairie ou l’objet de tribunes radiophoniques.

Le professeur Salovey est le fondateur et l’ancien directeur du Laboratoire de recherche sur les comportements liés à la santé et les émotions, désormais le Centre de l’intelligence émotionnelle Yale, qui étudie la fonction et l’importance psychologique des humeurs et des émotions.

À l’Université Yale, il s’est consacré au mentorat et au perfectionnement de jeunes membres du corps professoral, de même qu’à la mise en valeur de la diversité sur le campus, à la promotion de l’intégrité universitaire et à la réglementation contre l’inconduite sexuelle. Il a supervisé l’expansion de la population étudiante au premier cycle et l’établissement de nouvelles priorités académiques axées sur la science pour les décennies à venir.

Outre son rôle d’enseignant et de mentor auprès de nombreux étudiants aux cycles supérieurs, le professeur Salovey a reçu deux des plus prestigieux prix d’excellence en enseignement de l’Université Yale : la médaille de haute distinction scientifique et pédagogique William Clyde DeVane, du Collège Yale, et le Prix Lex Hixon (1963) d’excellence en enseignement des sciences sociales.

En 2013, Peter Salovey a été élu à l’Académie des arts et des sciences ainsi qu’à l’Académie nationale de médecine (États-Unis).

 


AGRICULTURAL AND ENVIRONMENTAL SCIENCES

Wednesday, June 6, 10 a.m.

Doctor of Science, honoris causa
ANNA LARTEY
B.Sc. (University of Ottawa), M.Sc. (University of Guelph), Ph.D. (University of California, Davis)

 

Dr. Anna Lartey is one of the leading voices in the field of global nutrition. Originally from Ghana, she was awarded a Master of Science and a Bachelor of Science degrees from the University of Guelph and the University of Ottawa respectively. She later pursued her doctoral studies in the United States as a Fulbright Scholar, earning a Doctoral degree in International Nutrition from the University of California, Davis.

For more than 27 years Dr. Lartey focused her efforts on teaching and research in Sub-Saharan Africa. During her tenure as Professor of Nutrition in the University of Ghana, she carried out high impact investigations that were recognized throughout the world. Her research extended from the development of the World Health Organization’s Growth Reference Standards which have now been adopted by 125 countries, to examining how maternal HIV affects infant nutrition. In 2009 she partnered with Dr. Grace Marquis, Associate Professor of McGill University’s School of Dietetics and Human Nutrition, and established the Nutrition Research and Training Center in Ghana. This Center provides an infrastructure for international dietetic internship training and for both national and international faculty and graduate students to conduct important research in the field. Dr Lartey held the International Development Research Center International Research Chair in Nutrition for Health and Socioeconomic Development in sub-Saharan Africa.

Dr. Lartey is currently the Director of Nutrition at the Food and Agriculture Organization of the United Nations, FAO, and the Past President of the International Union of Nutritional Sciences. IUNS —an international NGO established in 1948 dedicated to the promotion of science nutrition, research and development through international co-operation.

Anna Lartey has won many accolades in recognition of her contributions to maternal and child nutrition including the Sight and Life Nutrition Leadership Award (2014) and the Yo Kama (Ideal Woman) Award given by the Manya-Krobo Traditional Council of Ghana.

Doctorat ès science, honoris causa
ANNA LARTEY
B. Sc. (Université d’Ottawa), M. Sc. (Université de Guelph), Ph. D. (Université de Californie, États-Unis)

La Pre Anna Lartey est une sommité de la nutrition mondiale. Originaire du Ghana, elle a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en sciences de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Guelph, respectivement. Par la suite, elle s’est rendue aux États-Unis pour entreprendre des études doctorales à titre de boursière de recherche Fulbright, où elle a obtenu un doctorat en nutrition internationale de l’Université de Californie à Davis.

Durant plus de 27 ans, la Pre Lartey s’est consacrée à l’enseignement et à la recherche en Afrique subsaharienne. Au cours de son mandat de professeure de nutrition à l’Université du Ghana, elle a mené des enquêtes à forte incidence qui ont été reconnues mondialement. Ses travaux de recherche ont notamment porté sur l’élaboration des normes de croissance de l’enfant de l’Organisation mondiale de la Santé, désormais adoptées dans 125 pays, et sur l’étude des conséquences du VIH chez la mère sur l’alimentation du nourrisson. En 2009, elle s’est associée à Grace Marquis, professeure agrégée à l’École de diététique et de nutrition humaine de l’Université McGill, pour établir le Centre de recherche et d’enseignement en nutrition du Ghana. Ce centre offre l’infrastructure nécessaire à la tenue de stages nationaux et internationaux permettant à des étudiants aux cycles supérieurs et à des membres du corps professoral de mener d’importants travaux de recherche en diététique. De 2009 à 2014, la Pre Lartey a été titulaire de la Chaire de recherche internationale du Centre de recherches pour le développement international en nutrition au service de la santé et du développement socioéconomique en Afrique subsaharienne.

Elle est l’actuelle directrice de la Division de la nutrition au sein de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’ancienne présidente de l’Union internationale des sciences de la nutrition, de 2013 à 2017, une ONG internationale fondée en 1948 vouée à la promotion de la science, de la recherche et du développement en matière de nutrition par la coopération internationale.

Anna Lartey a reçu de nombreuses distinctions soulignant sa contribution à la nutrition maternelle et infantile, notamment le Prix de leadership en nutrition 2014 de la Fondation Sight and Life et le Prix Yo Kama (« femme idéale ») du Conseil traditionnel de Manya Krobo du Ghana.


AGRICULTURAL AND ENVIRONMENTAL SCIENCES

Wednesday, June 6, 2:30 p.m.

Doctor of Science, honoris causa
JITENDER DUBEY, F.A.A.M
B.V.Sc. (Veterinary College Mhow), M.V.Sc. (Veterinary College Mathura), Ph.D. (University of Sheffield)

After receiving a post-doctoral fellowship in 1968 from the University of Kansas Medical Center, Jitender Dubey worked his way to professorships at both Ohio State and Montana State University. He later joined the Agricultural Research Service—the principal in-house research agency of the United States Department of Agriculture. For more than 30 years at the USDA, Dr. Dubey led life-saving research on parasitic diseases that devastate livestock and sicken millions of people around the world.

Dr. Dubey is credited with the discovery of the life-cycle of Toxoplasma gondii, one of the most widespread parasites in the world. His work led to improved detection of this and related pathogens and to efforts to control their impact on livestock and humans. Toxoplasmosis, the disease caused by the parasite, can result in mental retardation and blindness in humans and cause pregnant sheep and goats to lose their young. A World Health Organization panel estimated that toxoplasmosis has infected more than 10 million people globally. Until this discovery the process of transmission of the disease was not fully understood. Dr. Dubey developed safety guidelines that are used by food safety authorities throughout the world. As a result, much of the critical farm management practices and hygienic measures to control and prevent disease transmission used today are based largely on his scientific achievements.

Dr. Dubey discovered another parasite called Neospora caninum that led to practices that have saved millions of dollars by preventing cattle from miscarrying. Neosporosis, the disease caused by this parasite, was responsible for the loss of many dairy cows during several episodes in California. He also examined Sarcocystis neurona, a parasite that is the most common cause of serious neurological diseases and was first recognized in horses and subsequently in a wide range of mammals, including endangered marine mammals. His team discovered this parasite, cultivated it in a cell culture, identified its life cycle, developed diagnostic tests and advocated control measures.

Dr. Dubey is a truly prodigious scientist and is the author of, or contributor to, more than 1,500 publications. His career in the USDA illustrates the essential role of government laboratories in advancing fundamental and applied research on problems of global significance. In 2010, Jitender Dubey was elected to the United States National Academy of Sciences and was inducted to the USDA Hall of Fame in recognition of his immense contributions to veterinary parasitology.

Doctorat ès science, honoris causa
JITENDER DUBEY, F.A.A.M 
B. Sc. vét. (Collège vétérinaire de Mhow), M. Sc. vét. (Collège vétérinaire de Mathura), Ph. D. (Université de Sheffield)

Après avoir obtenu, en 1968, une bourse de recherche postdoctorale du Centre médical de l’Université du Kansas, Jitender Dubey a occupé des postes de professeur aux universités d’État de l’Ohio et du Montana. Par la suite, il s’est joint au Service de recherche agricole — le principal organisme de recherche interne du Département américain de l’Agriculture. Durant plus de trente ans au sein du Département, le Pr Dubey a mené des travaux de recherche voués à sauver des vies portant sur des maladies parasitaires qui déciment le bétail et dont sont infectées des millions de personnes dans le monde.

On a attribué au Pr Dubey la découverte du cycle de vie de Toxoplasma gondii, l’un des parasites les plus répandus sur la planète. Ses travaux ont conduit à une meilleure détection de ce parasite et d’autres pathogènes connexes ainsi qu’au déploiement d’efforts visant à limiter leurs répercussions sur le bétail et chez les êtres humains. La toxoplasmose, la maladie causée par le parasite, peut entraîner la cécité et une déficience mentale chez l’humain, et un avortement spontané chez les chèvres et les moutonnes gravides. Un groupe d’experts de l’Organisation mondiale de la Santé a estimé que plus de dix millions de personnes seraient infectées par le parasite de la toxoplasmose à l’échelle mondiale. Or, avant la découverte réalisée, on ne connaissait pas à fond le processus de transmission de la maladie. Le chercheur a notamment élaboré des consignes de sécurité qui sont désormais employées par des autorités chargées de la sûreté aux quatre coins du monde. Par conséquent, les mesures d’hygiène et les pratiques de gestion agricoles cruciales adoptées de nos jours pour maîtriser et prévenir la transmission de cette maladie reposent en grande partie sur les réalisations scientifiques du Pr Dubey.

En outre, il a fait la découverte d’un autre parasite, Neospora caninum, ce qui a donné lieu à l’instauration de pratiques ayant permis l’économie de millions de dollars grâce à la prévention d’avortements spontanés parmi le bétail. En effet, de graves épisodes de néosporose, la maladie causée par ce parasite, avaient entraîné la perte de nombreuses vaches laitières en Californie. Le chercheur s’est également penché sur Sarcocystis neurona, le parasite à l’origine du plus grand nombre de cas de maladies neurologiques, qu’on a découvert chez le cheval, puis chez de nombreux autres mammifères, notamment certaines espèces de mammifères en voie de disparition. Son équipe a isolé ce parasite, avant de le faire proliférer dans un milieu de culture cellulaire et d’en cerner le cycle de vie, ce qui a donné lieu à la mise au point de tests diagnostiques et à promotion de l’adoption de mesures adéquates pour en limiter la propagation.

Scientifique prodigieux, le Pr Dubey est l’auteur ou le coauteur de plus de 1 500 publications. Sa carrière au sein du département américain de l’Agriculture témoigne du rôle essentiel des laboratoires gouvernementaux dans l’évolution de la recherche fondamentale et appliquée portant sur des problèmes d’importance mondiale. En 2010, Jitender Dubey a été intronisé à l’Académie nationale des sciences des États-Unis ainsi qu’au Temple de la renommée du département américain de l’Agriculture en reconnaissance de son immense contribution à la parasitologie vétérinaire.