blue | bleu

Nouveau jalon pour le Neuro : 5 000 jours de production pour son cyclotron

À l’heure où les gadgets électroniques deviennent obsolètes au bout de quelques années seulement, la performance du cyclotron du Neuro est plus que remarquable : 5 000 jours de production au 6 février 2019… et ce n’est pas fini! Le cyclotron, un modèle 18/9 fabriqué en Belgique par firme IBA, produit des radio-isotopes servant à la synthèse de radiopharmaceutiques utilisés pour la réalisation d’examens par tomographie par émission de positons (TEP) dans le cadre de projets de recherche subventionnés à hauteur de plusieurs millions de dollars par année.

« Ces projets de recherche portent notamment sur la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et l’épilepsie, mais les chercheurs effectuent également des études en neuropsychologie, sur les séquelles des AVC et les dépendances », souligne le Dr Jean-Paul Soucy, directeur de l’Unité de TEP du Centre d’imagerie cérébrale McConnell du Neuro.

La longévité du cyclotron d’IBA constitue un record pour ce modèle d’appareil.

« Cinq mille jours de production d’isotopes par un cyclotron représentent un jalon dans l’histoire de la radiochimie et du Centre d’imagerie cérébrale McConnell », affirme Julien Doyon, Ph. D., directeur du Centre. « La TEP occupe une place grandissante dans l’étude des maladies neurologiques. L’Unité de TEP et le cyclotron jouent un rôle de plus en plus important au Neuro. »

Toujours à l’avant-garde de la technologie, le Neuro a procédé à l’installation du premier cyclotron utilisé à des fins médicales au Canada en 1981, un « jouet » de six tonnes fabriqué par Japan Steel Works. Cet appareil a été remplacé en 1990 par le cyclotron d’IBA, un mastodonte de 18 tonnes qui fonctionne encore aujourd’hui.

Le cyclotron produit des isotopes qui entrent dans la fabrication de traceurs radioactifs qui, après injection, circulent dans le sang jusqu’au cerveau. Ces traceurs sont adaptés aux besoins des chercheurs.

« Nous disposons de 33 traceurs, soit plus que toute autre unité de TEP dans le monde », affirme Dean Joly, chef du cyclotron, qui a mis à niveau la technologie de l’appareil afin qu’il demeure le plus performant possible. « Nous produisons chaque jour trois ou quatre traceurs pour le Neuro et d’autres établissements médicaux au Québec. »

La recherche au Neuro fait tourner le cyclotron

« Les chercheurs du Neuro réalisent plus d’examens de recherche par TEP que ceux de tout autre établissement dans le monde. Au cours des quatre dernières années, le nombre de ces examens a augmenté de mille pour cent. L’année dernière, nos chercheurs en ont effectué près de 750 », souligne Gassan Massarweh, Ph. D., directeur du cyclotron et de la radiochimie au Centre d’imagerie cérébrale McConnell.

Il ne fait aucun doute que le cyclotron d’IBA est une machine à toute épreuve qui devrait continuer à rendre de fiers services au Neuro pendant de nombreuses années encore.

Toutefois, il ne suffit pas à la demande. Or, celle-ci pourrait encore augmenter alors que le Centre d’imagerie cérébrale McConnell concrétise son projet d’acquisition d’un nouvel appareil de TEP. S’il veut demeurer le chef de file dans ce domaine, le Neuro devra se procurer un cyclotron de nouvelle génération pour venir en aide au vieux modèle 18/9 d’IBA.

 

L’Institut neurologique de Montréal est un institut de recherche et d’enseignement de l’Université McGill. L’Hôpital neurologique de Montréal, qui offre des soins de haut calibre aux patients, est la pierre angulaire de la Mission en neurosciences du Centre universitaire de santé McGill. L’Institut neurologique de Montréal est fier d’être une institution Killam, soutenue par les fiducies Killam.