Experte : Enquête sur les femmes autochtones

News

« L'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a perdu une autre membre influente de son organisation. Waneek Horn-Miller, une ex-olympienne qui occupait le poste de directrice des relations avec les communautés, a remis sa démission, a-t-on appris mardi. » (La Presse)

Cassandra Steer, directrice générale de Women in International Security Canada et Junior Fellow Wainwright à la Faculté de droit de l'Université McGill

« Les raisons du départ de Waneek Horn-Miller de l'Enquête nationale peuvent être personnelles, mais s'il n'y avait pas encore plusieurs problèmes avec l'Enquête, son départ ne ferait pas les nouvelles. Quatre autres membres ont démissionné en juin, ce qui ne fait qu’aggraver le retard dans le processus. Les familles concernées ne peuvent plus faire confiance à un processus qui n'est pas transparent et qui ne leur fournit pas suffisamment d'informations. Le message transmis est que la violence contre les femmes autochtones au Canada n'est pas traitée sérieusement. Des organisations comme l'Association des femmes autochtones du Canada et Femmes Autochthones du Québec ont fait du lobbying pour cette enquête depuis des années. Il est temps que l’enjeu de la violence contre les femmes autochtones soit reconnu comme une question d'importance pour tous les Canadiens et que tous ceux qui se préoccupent des droits de la personne au Canada se rallient pour lutter contre celle-ci. » — Cassandra Steer

Mme Steer a coorganisé une table ronde en mars dernier sur la violence sexiste et les défis de l'Enquête nationale. Elle a également rédigé un article d’opinion sur les enjeux connexes à Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. 

(514) 398-5098, cassandra.steer [at] mcgill.ca (français, anglais)